Niger : Veolia signe un accord avec Niamey sur la gestion des déchets

Pont sur le fleuve Niger à Niamey, au Niger. © Vincent Fournier/JA

En marge de la visite en France du Premier ministre nigérien Brigi Rafini, les autorités nigériennes ont signé avec le spécialiste du traitement de l’eau et des déchets un accord pour l’élaboration d’une politique de gestion des ordures dans la capitale, Niamey.

Inscrit dans le cadre du programme Niamey Nyala (« Niamey la coquette »), ce projet débouchera « d’ici la fin de l’année », selon Veolia, sur une proposition de contrat pour la collecte et la construction d’un centre d’enfouissement des déchets.  

« Nous allons lancer une étude très approfondie avec l’État, afin de parvenir à une proposition concrète, puis nous irons voir les bailleurs de fonds », a indiqué à Jeune Afrique Patrice Fonlladosa, directeur Afrique-Moyen Orient du groupe spécialiste des services à l’environnement (eau, déchets, transports et énergie).

Il précise qu’aucun chiffrage du projet n’est disponible pour l’instant.

Centres d’enfouissement des déchets

Le groupe français, coté à Paris, est présent depuis 2001 dans la délégation de service public au Niger à travers le contrat d’affermage de la Société d’exploitation des eaux du Niger (SEEN).

Peu nombreux jusqu’ici, les projets de gestion de déchets se font plus fréquents en Afrique. Au Togo, un appel d’offres mené par la Banque mondiale a été remporté par le groupe Eiffage en septembre 2016 pour la construction d’un centre d’enfouissement à Lomé. L’institution de développement mène actuellement une procédure similaire à Lagos.