Vidéo – Le wax se fraye un chemin sur le marché du luxe

Boutique de produit Vlisco, à Lomé au Togo. © Capture d'écran.

Le néerlandais Vlisco fabrique du wax depuis 170 ans. Aujourd'hui, l'entreprise vend ses tissus sur tout le continent, surtout à une clientèle aisée. Elle a délégué à ses filiales la production et la vente de ses tissus meilleur marché et livre à la contrefaçon une lutte acharnée pour rester une référence en la matière.

Chaque semaine, au port de Cotonou, au Bénin, on décharge pas moins de 16 tonnes de wax. Ce tissu coloré se vend sur tous les marchés du continent mais aussi, de plus en plus, dans des boutiques élégantes des mégalopoles africaines.

Vlisco, entreprise néerlandaise, et grand fabriquant de wax, a en effet décidé d’en faire un produit de luxe. Les 18 000 kilomètres de tissu que l’entreprise fabrique chaque année sont désormais destiné à une clientèle urbaine et aisée, à la recherche de motifs rares et de couleurs uniques.

Pour l’attirer, l’entreprise met en avant un savoir-faire vieux de plus d’un siècle − impression des motifs à la cire, technique de rinçage unique, fabrication des couleurs selon des recettes gardées secrètes −. Et cela semble fonctionner : Vlisco a déjà ouvert 22 boutiques sur le continent. La marque est aussi présente dans les défilés de haute-couture, où certains modèles peuvent être vendus des dizaines de milliers de francs CFA !

C’est Uniwax, une des filiales de Vlisco, qui s’occupe de produire le wax destiné aux marchés du continent, produits à plus grande échelle et destinée à une clientèle aux moyens moins conséquents. Celui-ci n’est pas en reste : grâce à une campagne de lutte contre la contrefaçon efficace, les taux de production de l’entreprise ivoirienne progressent d’année en année.

 

 

Réussite est un magazine mensuel économique co-produit par le groupe Jeune Afrique, Canal + Afrique et Galaxie Presse.

Partagez vos réactions sur notre page Facebook ou sur Twitter avec #reussiteCP.

Retrouvez tous les reportages de Réussite en cliquant ici.