Tunisie : nouvelle condamnation pour le couple Ben Ali

Par Jeune Afrique avec AFP

L'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali avec sa femme Leila, le 25 octobre 2009. © ALFRED DE MONTESQUIOU/AP/SIPA

L'ancien président tunisien Zine el Abidine Ben Ali et son épouse Leïla Trabelsi, déjà condamnés à de multiples reprises par contumace, viennent d'écoper chacun de dix ans de prison pour corruption.

C’est cette fois-ci dans une affaire de « corruption administrative et financière » que l’ancien président tunisien et sa femme ont été reconnus coupables par un tribunal de première instance de Tunis.

Ce dossier, « lié au domaine de l’environnement », a donné lieu à trois autres condamnations, a indiqué à l’AFP jeudi 9 février le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti. Un ex-ministre de l’Environnement du régime Zine el Abidine Ben Ali et un cadre de ce même ministère ont écopé de cinq et trois ans de prison.

Une autre peine de trois ans d’emprisonnement a été prononcée à l’encontre d’une proche de Leïla Trabelsi.

Sofiène Sliti n’a pas été en mesure de fournir d’indications sur le fond de l’affaire. Interrogée par l’AFP, une source ministérielle a toutefois affirmé qu’elle se rapportait à l’utilisation « à des fins mercantiles » du club Elyssa, bâtiment situé dans un parc naturel propriété de l’État, à Sidi Bou Saïd, dans la banlieue huppée de Tunis.

De fréquentes soirées mondaines étaient organisées dans ce club luxueux, fondé par Leïla Trabelsi.

Multiples condamnations

Depuis la chute du régime en 2011, le couple a fait l’objet de multiples condamnations, notamment dans des affaires de corruption. Zine el Abidine Ben Ali a aussi été condamné à la prison à perpétuité pour la répression sanglante des manifestations de la révolution (338 morts).

Ce dernier, qui a gouverné la Tunisie d’une main de fer pendant 23 ans, vit toujours en exil à Jeddah (Arabie saoudite), en toute discrétion.