Soudan du Sud : plus de 52 000 civils ont fui les combats en janvier

Par Jeune Afrique avec AFP

Des habitants de Djouba, la capitale du Soudan du Sud, cherchant refuge dans le camp du Programme alimentaire mondial le 10 juillet 2016. © Sinisa Marolt/AP/SIPA

Le Soudan du Sud fait face à un exode massif. Plus de 52 000 personnes ont fui le pays durant le seul mois de janvier, la plupart vers l'Ouganda, pour échapper aux incessants combats qui minent le plus jeune pays du monde et font planer un risque de génocide, a annoncé l'ONU mardi.

Les déplacés viennent pour beaucoup des villes au sud de la capitale Djouba, dans l’État méridional d’Équatoria-Central, a précisé le conseiller spécial pour la prévention des génocides des Nations unies, Adama Dieng. Et de nombreux réfugiés font état de massacres de civils, de maisons détruites et de violences sexuelles.

« Le président Salva Kiir a promis de mettre fin à la violence et de ramener la paix, mais on assiste toujours à des affrontements et le risque que des atrocités de masse se produisent est toujours présent », a expliqué le conseiller dans un communiqué.

Une crise humanitaire catastrophique

Adama Dieng est particulièrement inquiet de la situation à Kajo-Keji, où les civils ayant fui la région disent craindre des violences de masse. Après divers retards, une mission de maintien de la paix de l’ONU est arrivée dans la ville dimanche pour surveiller la situation.

Le Soudan du Sud a gagné son indépendance du Soudan en 2011 mais il s’est enfoncé dans la guerre en décembre 2013. Un conflit interne qui a fait des dizaines de milliers de morts et a conduit trois millions de personnes à fuir leur maison.

Après quatre années de guerre, la crise humanitaire dans le pays est catastrophique. On estime que plus de six millions d’habitants, soit la moitié de la population, ont besoin d’une aide urgente. Les organisations humanitaires craignent que ce nombre n’augmente de 20 % à 30 % dans le courant de l’année.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici