Maroc : après le Soudan du Sud, Mohammed VI se rend au Gabon

Mohammed VI à Marrakech en novembre 2016. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Au lendemain de l'adhésion du Maroc au sein de l'Union africaine, Mohammed VI poursuit sa tournée africaine. Il se rend ce jeudi soir au Gabon après une visite au Soudan du Sud, où il a pu obtenir un important soutien politique sur la question du Sahara occidental.

« La question du Sahara est différente dans sa genèse et sa nature juridique et politique de celle du Soudan du Sud », a déclaré le président Sud soudanais, Salva Kiir Mayardit, à l’issue de la visite de Mohammed VI, le jeudi 2 février. Il a ainsi salué les efforts du Maroc en vue de trouver une solution politique à ce conflit.

Un argument de plus pour Rabat

Le Soudan du Sud − qui a obtenu son indépendance en 2011 à la faveur d’un référendum d’autodétermination après 22 ans de guerre avec les autorités de Khartoum −, ne s’est pas rangé du côté des pays africains qui soutiennent l’indépendance du Sahara occidental et ont essayé de bloquer l’adhésion du Maroc à l’Union africaine (UA) lors du sommet d’Addis Abbeba les 30 et 31 janvier.

Sa position pro-marocaine sur ce conflit historique est un atout diplomatique pour Rabat, qui cherche à contrecarrer les voix qui demandent un référendum d’autodétermination pour la population sahraouie suivant l’exemple du Soudan du Sud.

Un partenariat ex-nihilo

Avec le plus jeune État d’Afrique, le Maroc a démarré une relation à partir de rien. Neuf accords bilatéraux ont été signés entre le roi du Maroc et le président, Salva Kiir Mayardit, lors de cette visite. Il s’agit en majorité de mémorandums d’entente dans les domaines de la diplomatie, de l’investissement, de la fiscalité, de l’agriculture et des mines.

Le Maroc aidera le régime de Juba à construire sa nouvelle capitale, en finançant les études de faisabilité technique et financière de ce grand projet à hauteur de 5,1 millions de dollars. Selon le ministre de l’Intérieur marocain, Mohamed Hassad, la gestion déléguée du projet, qui sera édifié dans la localité de Ramciel, à 200 km au nord de Juba, sera confiée au groupe d’aménagement marocain Al Omrane sous la supervision d’un comité nommé par le roi du Maroc appelé à se réunir au moins deux fois par an.

Un hôpital à Juba

Le rapprochement entre Rabat et Juba a été dévoilé lundi 23 janvier, lorsque Mohammed VI a ordonné le déploiement d’un hôpital de campagne dans la capitale sud-soudanaise, en préparation de sa visite. D’une capacité de 30 à 60 lits et doté d’un effectif de 20 médecins et 18 infirmiers, l’hôpital, que le souverain a visité pendant son séjour, aurait déjà reçu près de 4583 patients.

Malgré son accès à l’indépendance, le Soudan du Sud n’a pas encore renoué avec la stabilité politique. Depuis trois ans, ce pays riche en pétrole est rongé par des violences entre rebelles − menés par l’ancien vice-président Riek Machar − et forces gouvernementales. Un des dossiers chauds au menu du sommet de l’UA de janvier.