CAN 2017 : déception, pleurs et colère après l’élimination de la Tunisie

Par Jeune Afrique

Certains joueurs de l'équipe tuisienne à l'entraînement, vendredi 27 janvier, au Gabon. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Supporters en colère, joueurs abattus, sélectionneur déçu… Le pays, qui rumine encore son élimination de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ce lundi, veut désormais se concentrer sur ses prochains grands rendez-vous internationaux. En espérant de meilleurs résultats.

Pour la Fédération tunisienne de football (FTF), c’est une élimination teintée de « regrets et d’amertume », car l’équipe avait « les moyens d’aller plus loin que les quarts de finale auxquels elle semble abonnée ».

Après s’être un temps imposés dans un groupe dont ils n’étaient pas donnés favoris, les Aigles de Carthage sont finalement rentrés bredouille de la CAN. Leur sélectionneur, Henryk Kasperczak, continuera néanmoins à entraîner l’équipe, comme l’a annoncé dimanche 29 janvier Wadii Jarii, président de la FTF, dans l’émission Dimanche Sport. Cela n’est pas le cas de tous les sélectionneurs, si l’on prend le cas de celui de l’équipe algérienne, ou Michel Dussoyer, contraints de démissionner.

Des joueurs « fatigués »

Après le match fatidique contre le Burkina Faso, Henryk Kasperczak n’a pas caché sa déception, tentant avec fatalisme d’expliquer les raisons de cette défaite : « L’équipe tunisienne n’a pas démontré ses qualités. Aujourd’hui, on n’a pas retrouvé cette rage de vaincre. On était un peu fatigués. »

Pour le milieu offensif tunisien Naïm Sliti, ce qui a fait la différence c’est surtout « l’expérience ». Un critère qui a fait pencher la balance en faveur du Burkina Faso, « une équipe finaliste en 2013, avec des joueurs qui jouent leur cinquième CAN de suite, contre la Tunisie, une équipe beaucoup plus jeune. Mais on va apprendre de cette défaite », a-t-il assuré au site Football365.

« Très très déçu », le défenseur tunisien Aymen Abdennour « voulait aller plus loin dans la CAN » et explique aux médias tunisiens comprendre la frustration des supporters.

Des supporters tristes

Du côté des supporteurs justement, colère et tristesse ont suivi le coup de sifflet final, certains critiquant les choix tactiques du sélectionneur, d’autres dénonçant le comportement de Wahbi Khazri, qui a refusé de serrer la main de son sélectionneur à sa sortie du jeu.

 

 

Et quelques heures après la fin du match, une réaction en particulier a fait le tour des réseaux sociaux. Vue des centaines de milliers de fois sur Facebook, cette vidéo relaye l’après-match larmoyant d’une petite fille, très en colère contre la sélection tunisienne et son sélectionneur :

 

 

Beaucoup pensent déjà à la suite et espèrent une rédemption de leurs Aigles. En vue : les éliminatoires de la CAN 2019 en juin, puis les prochains matchs qualificatifs de la Coupe du Monde 2018 en août et en septembre.

« Maintenant, il faut retenir les leçons et chercher à faire progresser une équipe pleine de talent et porteuse de beaucoup de promesses », a annoncé la FTF dans son communiqué du 29 janvier.