Fermer

Le président guinéen, Alpha Condé, élu à la tête de l’Union africaine

Par Jeune Afrique

Le président guinéen Alpha Condé devient le nouveau président de l'Union africaine. © Remy de la Mauviniere/AP/SIPA

Au 28e sommet des chefs d'État de l'Union africaine à Addis-Abeba, lundi, le président guinéen Alpha Condé a été désigné par ses pairs pour succéder à son homologue tchadien Idriss Déby Itno à la présidence tournante de l'organisation.

L’élection à la présidence tournante de l’organisation panafricaine a eu lieu pendant une réunion à huis clos, avant la cérémonie d’ouverture du sommet des chefs d’État qui se tient à Addis Abeba, lundi 30 et mardi 31 janvier.

« Je tiens à féliciter mon frère, Alpha Condé, élu à la tête de l’Union africaine », a solennellement déclaré le président sortant de l’UA, Idriss Déby Itno, avant de passer le relais au président guinéen.

Suite à son élection, Alpha Condé a prononcé un discours de circonstance, très consensuel. Conformément aux statuts de l’UA, il assumera sa fonction pendant un an.

La Cedeao et la Gambie à l’honneur

Avant cela, la présidente de la Commission, Nkosazana Dlamini Zuma, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le vice-président cubain, Miguel Díaz-Canel (le président Raúl Castro avait d’abord été annoncé) – se sont exprimés.

Mme Zuma a rendu un hommage vigoureux à la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et à sa présidente en exercice, Ellen Johnson Sirleaf, pour sa contribution au règlement de la crise en Gambie. Sirealf a reçu une distinction des mains de Idriss Déby Itno et de Nkosazana Dlamini Zuma « pour s »être tenu au côté du peuple gambien et avoir défendu les principes fondateurs de l’UA ».

Dossier sensible

Adama Barrow, le tout nouveau président de la Gambie, rentré à Banjul le 26 janvier, n’a pas fait le déplacement. Il était remplacé dans l’assistance par sa vice-présidente, Fatoumata Tambajan.

Après le déjeuner, l’assemblée procédera à l’élection des commissaires, dont le nouveau président de la Commission africaine qui succédera à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini Zuma, et s’attaquera au dossier le plus sensible de ce sommet, à savoir la réintégration du Maroc à l’UA.