Gambie : 8 000 réfugiés de retour depuis le départ de Yahya Jammeh

Par Jeune Afrique avec AFP

Un ferry transportant des réfugiés fuyant la Gambie en pleine crise post-électorale, le 22 janvier 2017. © Jerome Delay/AP/SIPA

Depuis l'éclatement de la crise politique en Gambie, en décembre, de très nombreuses personnes ont fui le pays par crainte de troubles. Selon l'ONU, au moins 8 000 d'entre elles seraient de retour depuis le départ en exil de l'ex-président Yahya Jammeh.

« Les mouvements de retour se poursuivent », a par ailleurs indiqué mardi 24 janvier le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), dans un article diffusé sur son site régional.

Lundi 23 janvier, 8 000 personnes étaient rentrées au pays, selon l’agence onusienne. En plus de celles qui s’organisent pour rentrer par leurs propres moyens, « les autorités en Gambie envoient des cars aux postes frontaliers pour aider les déplacés à retourner chez eux », a-t-elle précisé.

76 000 personnes réfugiées au Sénégal

Au total, la crise post-électorale gambienne « a déclenché une crise régionale et a poussé plus de 76 000 personnes à se réfugier au Sénégal selon les autorités sénégalaises », a estimé le HCR, précisant que ces chiffres concernaient la période du 1er au 22 janvier.

Des chiffres bien supérieurs aux dernières estimations du Haut commissariat et communiquées le 20 janvier, lorsque l’agence onusienne faisait état d’ « environ 45 000 personnes » arrivées au Sénégal depuis la Gambie, et d’ « au moins 800 personnes » parties en Guinée-Bissau depuis le 1er janvier.

Solidarité des familles

Le HCR note que des milliers de réfugiés ont été accueillies par des familles au Sénégal, ce qu’a confirmé l’ONG Enda Tiers-Monde.

Dans un communiqué diffusé le mardi 24 janvier, celle-ci a d’ailleurs salué « la mobilisation spontanée et fraternelle des familles sénégalaises » ces dernières semaines. Elles « se sont dévouées pour accueillir les milliers de déplacés » de Gambie, a indiqué l’ONG, relevant également des efforts de la part l’État sénégalais « en soutien » aux réfugiés et aux familles d’accueil.

« Nous notons avec satisfaction une tendance à un retour au calme », ajoute-t-elle. Elle exhorte cependant les autorités gambiennes à poursuivre les efforts en faveur des déplacés, notant qu’il s’agit « pour la plupart de femmes et d’enfants ».

Adama Barrow à Dakar

Le nouveau président Adama Barrow – au Sénégal depuis mi-janvier à la demande de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et investi le 19 janvier à Dakar –  a indiqué qu’il regagnerait la Gambie, lorsque les conditions de sécurité seraient assurées.

Acclamées dimanche à leur entrée dans Banjul, des troupes de la Mission de la Cédéao en Gambie (Micega) sont actuellement déployées dans les rues de la capitale gambienne. Ces forces poursuivront leur action jusqu’à ce que « les conditions de l’exercice effectif du pouvoir » de Adama Barrow « [seront] réunies », avait indiqué le commandant de l’opération.