CAN 2017 : le Ghana ne rate pas son rendez-vous avec les quarts

Par Jeune Afrique avec AFP

L'attaquant des Black Stars du Ghana Asamoah Gyan, auteur de l'unique but du match contre le Mali à la CAN, le 21 janvier 2017 à Port-Gentil. © afp.com - Justin TALLIS

Le Ghana a validé son ticket pour les quarts de finale de la CAN-2017 dès son deuxième match, en s'extirpant du piège malien (1-0) grâce à une très sérieuse première mi-temps, samedi à Port-Gentil (Gabon).

Si l’Egypte ne battait pas l’Ouganda, plus tard dans la soirée, les « Black Stars » seraient même assurés de finir la phase de poules en tête du groupe D. Le choc de mercredi dans ce même groupe face aux Pharaons égyptiens, les plus titrés de l’histoire de la CAN (7 succès), s’annoncerait alors bien plus confortable pour les finalistes malheureux de l’édition 2015.

Avec un effectif quasi identique à celui aligné quatre jours plus tôt lors de la victoire poussive contre l’Ouganda (1-0), les hommes d’Avraham Grant ont cette fois proposé une prestation plus aboutie en première mi-temps, se montrant très dangereux par l’intermédiaire de leur quatuor offensif composé des frères Ayew, du meilleur buteur de l’histoire du pays Asamoah Gyan et du meilleur joueur de la CAN-2015 Christian Atsu.

Ce dernier lançait les hostilités avec un festival sur son aile droite, trouvant dans la surface André Ayew, qui échouait à bout portant (17). Quatre minutes plus tard, l’autre duo était à l’oeuvre, toujours sur le côté droit: Jordan Ayew adressait un centre millimétré pour Asamoah Gyan, qui inscrivait d’une tête plongeante son 49e but en sélection (21). Le capitaine ghanéen a désormais marqué dans toutes les CAN depuis 2008, soit dans six Coupes d’Afrique d’affilée !

Le Ghana martyrisé en seconde période

Les Maliens d’Alain Giresse réagissaient dès le retour des vestiaires sous l’impulsion de Moussa Marega, dont la tête était bien lue par le gardien Razak (50) et la reprise à six mètres s’envolait (52). Martyrisés pendant toute la seconde période, les Ghanéens s’en remettaient de nouveau à Razak dans le temps additionnel, sur une reprise de Coulibaly et une frappe de Sako, pour éviter le piège et prendre rendez-vous avec les quarts.

Les Aigles maliens joueront quant à eux leur va-tout mercredi face à l’Ouganda, une victoire étant impérative pour ne pas subir le même sort qu’en 2015 – ex aequo avec la Guinée à l’issue des trois matches, ils avaient alors été éliminés par tirage au sort.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici