RDC – Côte d’Ivoire : on refait le match avec Adel Amrouche

L'attaquant de la RD Congo Junior Kabananga, auteur du second but face à la Côte d'Ivoire lors de la CAN, le 20 janvier 2017, à Oyem au Gabon. © afp.com - ISSOUF SANOGO

La RD Congo et la Côte d’Ivoire ont fait match nul vendredi soir à Oyem (2-2), au terme d’une rencontre où chaque équipe a eu sa mi-temps, comme l’explique l’Algérien Adel Amrouche, ex-sélectionneur du Burundi et du Kenya et ancien entraîneur de l’AS Vita Club et de l’USM Alger.

Jeune Afrique : Ce résultat vous semble-t-il logique ?

Adel Amrouche : D’abord, ce match est à mon avis un des meilleurs depuis le début de la CAN. Un des plus spectaculaires également. Et ce 2-2 est effectivement logique. Chaque équipe a eu sa mi-temps. La RD Congo a dominé la première, en la gagnant 2-1, la Côte d’Ivoire a pris l’ascendant en seconde en égalisant.

La RDC s’est en effet montrée particulièrement à son avantage durant les quarante-cinq premières minutes…

Elle était mieux organisée. Tactiquement, c’était très rationnel, cohérent. Elle utilisait très bien le couloir gauche, et profitait des espaces laissés par Aurier et Adama Traoré, deux joueurs ivoiriens qui attaquent beaucoup. D’ailleurs, le premier but de Kebano est venu de ce côté. On a senti que les Ivoiriens étaient particulièrement gênés par l’organisation congolaise. Florent Ibenge avait décidé de densifier son milieu de terrain. Cela a payé. Et quand les Ivoiriens ont égalisé, la RDC a su très vite réagir en reprenant l’avantage, grâce à un très beau mouvement collectif.

Comment expliquez-vous que les Léopards aient connu plus de difficultés par la suite ?

Pour deux raisons : d’abord la qualité de son adversaire. Michel Dussuyer a réorganisé son équipe. Il a procédé en seconde période à des changements importants. L’entrée de Salomon Kalou a été très importante, car il a apporté son expérience, sa vitesse d’exécution et sa qualité de passe. Il a aussi marqué un joli but, logiquement refusé pour hors-jeu. La seconde raison, c’est que les Congolais ont accusé le coup physiquement. Ils ont clairement manqué de fraîcheur. Ils ont eu une balle de 3-1 quelques minutes avant l’égalisation de Serey Dié. A 3-1, je pense que la Côte d’Ivoire aurait eu beaucoup de mal à revenir…

Ces deux équipes semblent être les mieux armées pour atteindre les quarts de finale…

Je le pense aussi. La Côte d’Ivoire devra battre le Maroc, alors que les Léopards pourront se contenter d’un nul face au Togo. Elles ont toutes les deux leur destin entre leurs mains, et c’est toujours un avantage. Ce sont des équipes solides, bien organisées, athlétiques, avec chacune un très bon sélectionneur. La RDC va cependant devoir faire plus attention aux coups de pieds arrêtés qu’elle concède, car elle n’est pas très à l’aise dans cet exercice. Je suis étonné que les Ivoiriens n’en n’aient pas davantage profité…

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici