Fermer

#Jenevoispaslerapport : quand Faure Gnassingbé provoque l’hilarité des internautes

Le président togolais Faure Gnassingbé à l'investiture de son homologue nigérian, Muhammadu Buhari, le 29 mai 2015 à Abuja. © Sunday Alamba/AP/SIPA

À Bamako, le 14 janvier dernier, le chef de l’État togolais a répondu à un journaliste de l’émission française "Quotidien" qui l’interrogeait sur le renoncement de François Hollande à un second mandat. Sa réplique est depuis devenue culte sur les réseaux sociaux...

Au terme des travaux du 27e sommet Afrique-France, le président togolais se présente devant un groupe de journalistes de médias africains et européens. Faure Gnassingbé est alors confronté à différentes questions dont une venant d’un journaliste de l’émission « Quotidien » présentée par Yann Barthès.

« Monsieur Faure, votre famille contrôle le pays depuis 50 ans, François Hollande est obligé de partir au bout de cinq ans, qu’est-ce que vous avez envie de lui dire ? », demande le journaliste Hugo Clément. Sobre, avec un air désintéressé, le chef de l’État togolais répond : « Je ne vois pas le rapport. François Hollande est le président de la France. Moi je suis le président du Togo… Je ne vois pas le rapport ». Un échange bref à l’origine de ce qui peut être considéré comme le « buzz » du début de l’année au Togo.

La Toile se déchaîne

Sur la Toile, la réponse du chef de l’État est reprise par des milliers d’internautes. On en oublierait presque la réponse gênée du président congolais Denis Sassou-Nguesso, à qui la même question a été posée par le même journaliste.

Sur Facebook comme sur Twitter, la réplique de Faure Gnassingbé est reprise, détournée, parodiée par des internautes. Si certains saluent la fermeté du président, d’autres s’amusent d’une « réponse à une question visiblement embarrassante ».

Les Togolais se prêtent sur les réseaux sociaux à des reconstitutions de l’interview de leur président. Dans les groupes, les #Jenevoispaslerapport fusent de partout et parsèment les discussions.

Des tweets avec des images détournées parodient également l’échange entre le chef de l’État et le journaliste. Deux comptes semblent à l’origine du hashtag : ceux de @YannMoebius et de @faconamqueen, bien connus de la blogosphère.

Dans l’entourage du Président, on prend la chose avec humour. « Cela prouve que la cybercommunauté scrute les moindres faits, gestes et prises de parole du président, estime Toba Tanama, directeur de la communication de la présidence de la République.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro