Crash du vol Egyptair : huit mois après le drame, les corps de huit victimes rapatriés en France

Par Jeune Afrique avec AFP

Un journaliste égyptien brandit une affiche de soutien aux victimes du crash du vol MS804 d'Egyptair, le 24 mai 2016 au Caire © Amr Nabil/AP/SIPA

Paris a annoncé que les dépouilles de sept Français et d'une Égyptienne, tués lors du crash d'un vol Egyptair au mois de mai dernier, ont été rapatriés en France mardi.

En mai dernier, l’accident avait suscité un grand émoi. Le crash d’un vol Egyptair entre Paris et Le Caire en pleine Méditerranée, qui s’était soldé par la mort de 66 passagers, n’a toujours pas été élucidé.

En revanche, Paris a annoncé que les corps de huit victimes, dont sept Français et une Égyptienne, ont été rapatriés en France mardi : « Les corps de sept victimes françaises et une victime égyptienne, épouse d’un compatriote, sont arrivés à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle mardi », a confirmé le secrétariat d’État chargé de l’aide aux victimes.

L’enterrement prévu dans les prochains jours

Une quarantaine de personnes, familles et proches, étaient présentes mardi au pavillon d’honneur de l’aéroport parisien de Roissy pour la cérémonie de restitution des corps. Ces huit victimes seront enterrées « dans les prochains jours », selon le secrétariat d’État. Les familles des huit autres victimes françaises du crash ont choisi de faire inhumer les corps à l’étranger.

Mi-décembre, le procureur général égyptien avait ordonné la restitution des corps des victimes, alors que les familles dénonçaient depuis des mois la lenteur de l’Égypte à rendre les dépouilles.

Les pistes de l’attentat et de l’accident toujours également envisagées

Si les circonstances du drame restent floues, la commission d’enquête égyptienne avait néanmoins affirmé le 15 décembre dernier avoir retrouvé des traces d’explosifs sur des restes de victimes.

Le Caire a toujours mis en avant l’hypothèse d’un attentat alors que les enquêteurs français privilégient la thèse d’un incident technique. Une des deux boîtes noires retrouvées a révélé que des alertes signalant de la fumée à bord s’étaient déclenchées avant le crash.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici