Côte d’Ivoire : qui sont les nouveaux du gouvernement ?

Le gouvernement ivoirien nommé mercredi 11 janvier 2017. © Présidence ivoirienne

Plusieurs personnalités ont fait leur entrée dans le nouveau gouvernement ivoirien, annoncé mercredi 11 janvier par le tout récent secrétaire général de la présidence, Patrick Achi. Qui sont-elles ? Voici leur portrait.

Thierry Tanoh

Bruno LEVY pour Jeune Afrique.

Thierry Tanoh, directeur général d'Ecobank, chez RFI. Le 6 septembre 2013. © Bruno LEVY pour Jeune Afrique.

C’est probablement l’entrée la plus remarquée au sein du premier gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly. Thierry Tanoh n’a pourtant rien d’un nouveau. Auparavant secrétaire général délégué de la présidence de la République, il avait déjà été élevé au rang de ministre « au titre de la présidence » avant le remaniement.

Depuis qu’il s’est séparé d’Ecobank début 2016 au terme d’une longue procédure, son ascension politique est fulgurante. D’abord nommé au sein du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), le filleul d’Henri Konan Bédié n’a pas tardé à s’imposer comme un cadre du parti et à obtenir la confiance d’Amadou Gon Coulibaly et d’Alassane Ouattara, dont il avait ostensiblement soutenu la candidature en 2015. Désormais ministre du Pétrole et de l’Énergie où il remplace Adama Toungara, Thierry Tanoh est l’un des cadres du nouveau gouvernement.

Jean Claude Kouassi

Ex-directeur de cabinet du Premier ministre Charles Konan Banny, Jean Claude Kouassi fait son retour au gouvernement, près de vingt ans après avoir été ministre de Daniel Kablan Duncan sous Henri Konan Bédié.

Le nom de l’ancien président du conseil d’administration du Fonds d’entretien routier (FER), issu du PDCI, avait un temps circulé pour devenir le Premier ministre d’ADO en 2012. Mais l’ancien président lui avait finalement préféré Jeannot Ahoussou Kouadio, désormais ministre d’État auprès du président de la République, chargé du Dialogue politique et des relations avec les institutions.

Amadou Koné

Plus de dix ans après avoir quitté le ministère des Transports, Amadou Koné récupère le maroquin qu’il avait occupé en 2005. Lui non plus n’est pas un novice sur l’échiquier politique : entre 2007 et 2010, il avait également été ministre de l’Intégration africaine et porte-parole du gouvernement, sous la casquette des Forces nouvelles (ex-rébellion).

Amadou Koné, cousin du Premier ministre, est aussi un ancien membre du cabinet de Guillaume Soro pendant la rébellion. Il a également été l’administrateur de la Banque africaine de développement (BAD) pour la Côte d’Ivoire.

Souleymane Diarrassouba

Avant sa nomination au Commerce, à l’Artisanat et à la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba était le patron des banquiers ivoiriens. Bien connu sur la place financière abidjanaise, le nouveau ministre a fait ses classes en finance à l’Université d’Abidjan et en audit à l’université française Paris XII Val de Marne.

Souleymane Diarrassouba est décrit comme un homme de réseau et entretient de bonnes relations avec les hommes politiques de la région. Ancien vice-gouverneur de Yamoussoukro, ce proche d’Amadou Gon Coulibaly remplace Jean-Louis Billon, héritier de l’empire agro-industriel Sifca, qui quitte pour sa part le gouvernement.

Amédée Koffi Kouakou

Le maire de Divo, où l’élection législative de décembre a finalement été invalidée le 1e janvier, provoquant des heurts dans cette ville, est également un pilier local du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), dont il est le premier responsable départemental.

Amédée Koffi Kouakou, désormais ministre des Infrastructures économiques, remplace l’influent et indéboulonnable Patrick Achi, nommé secrétaire général à la présidence.

Siandou Fofana

Comme Jean Claude Kouassi, Siandou Fofana est lui aussi passé par le Fonds d’entretien routier (FER), dont il était auparavant le directeur général.

Membre du PDCI, le nouveau ministre du Tourisme avait récemment pris des galons au sein du parti en devenant l’un des secrétaires exécutifs en charge du développement et de l’innovation.

Mamadou Touré

Ancien élève de Sciences Po Paris, l’ex-conseiller à la Jeunesse et aux Sports de la présidence de la République, 40 ans, voit son investissement récompensé en étant promu secrétaire d’État chargé de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Il a été conseiller technique dans plusieurs ministères.

Mamadou Touré, issu du RDR, dont il est le porte-parole adjoint et l’un des secrétaires nationaux, avait décidé de franchir un cap en décembre dernier en se présentant à Daola lors des législatives du 18 décembre. Un pari réussi, puisque cet ancien « étudiant » de l’université de la rue des Jeunes patriotes (appelée La Sorbonne) a fait son entrée lundi à l’Assemblée nationale.

Claude Isaac Dé

Claude Isaac Dé, considéré comme un proche du Premier ministre, conseillait jusqu’à présent le président de la République dans le domaine des infrastructures et des transports.

Mercredi, celui qui présidait également le comité national de pilotage des partenariats public-privé a été promu ministre de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme. Il a également des liens familiaux avec Charles Konan Banny.

Général Issa Coulibaly

Le ministère des Eaux et Forêts est désormais tenu par l’ancien directeur des douanes ivoiriennes. Nommé à ce poste par Alassane Ouattara en 2011, le Général Issa Coulibaly a peu a peu gravi les échelons de cette institution, où il a effectué la majorité de sa carrière professionnelle.

Comme son grade l’indique, Issa Coulibaly est également passé par l’armée. Selon sa biographie en ligne, il est officier de réserve des FACI de la promotion 1983-1984.