Nigeria : Amaka Osakwe, la couleur et le motif

Écrit par Roger Maveau

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du continent.

Fraîchement diplômée en arts, la Nigériane a créé son label Maki Oh en 2010. Il ne lui a fallu que deux ans pour que le magazine de mode africain Arise la nomme styliste de l’année 2012, alors qu’elle n’a pas toujours rêvé de devenir créatrice de mode : "Je voulais être avocate, puis architecte et enfin danseuse pour Femi Kuti."

Amaka Osakwe a réussi à se faire un nom en intégrant les textiles traditionnels nigérians, comme l’aso-oke, dans d’élégantes silhouettes modernes. "Les habits sont des vecteurs de communication. Couleurs et motifs sont les véhicules utilisés pour faire passer des messages", explique-t-elle.

Basée à Lagos, à mille lieues des professionnels de la mode new-yorkaise, sa marque s’est attiré la sympathie de fashionistas américaines comme Beyoncé et sa soeur Solange, Rihanna ou encore Michelle Obama, qui l’a invitée, le 8 octobre, à la Maison Blanche aux côtés de stylistes comme Diane von Furstenberg et Jason Wu pour la réception "Celebration of Design".

>> Retrouvez notre dossier "L’Afrique, c’est chic"

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici