Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

Guillaume Soro, à Abidjan, le 25 mars 2015. © Olivier / J.A.

Sans surprise et avec une écrasante majorité, Guillaume Kigbafori Soro a été réélu lundi 9 janvier pour un second mandat à la tête de l'Assemblée nationale ivoirienne, quelques heures après la démission du gouvernement et du Premier ministre, Daniel Kablan Duncan.

Guillaume Soro, ancien Premier ministre et ex-dirigeant de l’ancienne rébellion des Forces nouvelles, a obtenu 230 voix sur 252 bulletins de vote, soit plus de 95% des suffrages exprimés.

Il faisait face à la candidature d’Évariste Méambly, député de Facobly issu du PDCI (parti membre de la coalition au pouvoir, RHDP) mais élu sous l’étiquette indépendante. Ce dernier a obtenu 12 voix. Sur 252 votes – l’Assemblée compte 255 députés -, dix ont été déclarés nuls.

Alassane Ouattara mardi matin à l’Assemblée

Quelques minutes après son élection, Guillaume Soro s’est félicité de son score, adressant sa « gratitude » au chef de l’État et ses « remerciements à Henri Konan Bédié ».

Guillaume Soro a également confirmé qu’Alassane Ouattara s’adresserait au Parlement mardi matin à 10 heures. Selon les informations de Jeune Afrique, le chef de l’État devrait nommer son vice-président lors de cette déclaration solennelle aux députés.

Campagne active de Soro

Guillaume Soro, 44 ans, avait battu campagne dimanche auprès des présidents de plusieurs partis politiques, du PDCI aux opposants du FPI. Le président de l’Assemblée nationale avait ainsi rencontré Pascal Affi N’guessan, président d’un Front populaire ivoirien diminué après sa large défaite aux législatives de décembre. Selon l’équipe de Guillaume Soro, le patron du FPI, pour sa part élu dans sa circonscription, l’a assuré de « l’entière disponibilité » de son parti.

Sa réélection a eu lieu lors de la séance inaugurale de l’Assemblée nationale, moins d’un mois après les élections législatives du 18 décembre. Si le RHDP conserve une confortable majorité dans l’hémicycle, la coalition au pouvoir qui présentait pour la première fois des listes communes a cependant perdu la majorité des deux tiers. Quant au FPI, de retour au Parlement mais miné par les divisions, il n’a pas réussi à faire élire suffisamment de députés pour constituer à lui seul un groupe parlementaire.

Le nom du Premier ministre connu lundi soir ?

L’agenda politique des prochaines heures s’annonce chargé. Lundi matin, Daniel Kablan Duncan avait remis au chef de l’État sa démission ainsi que celle de son gouvernement. Une annonce attendue, en raison de la prochaine désignation par Alassane Ouattara de son vice-président.

Autre déclaration attendue : la désignation d’un nouveau Premier ministre, chargé de composer un nouveau gouvernement. Son nom devrait être connu dans les prochains jours.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici