Échoués en Libye, des migrants croyaient être arrivés en Italie

Par AFP et Jeune Afrique avec AFP

Des migrants africains sur une embarcation de fortune au large de la Libye, le 10 septembre 2016. © Santi Palacios/AP/SIPA

Plus de 80 migrants ont échoué mercredi sur une plage libyenne, avant d'être secourus par le Croissant rouge libyen (CRL). Après trois jours sur une mer agitée, ils pensaient être arrivés en Italie.

« On nous a signalé la présence d’une embarcation » sur une plage de Tripoli, a indiqué Mohamad al-Imam, un responsable de l’équipe d’intervention du CRL. « Nous avons récupéré cinq corps sur la plage (…) et transféré 80 personnes vers les centres d’hébergement. »

D’après le récit d’un rescapé, accroupi sur le sable à moins de 2 m d’un cadavre, les migrants, pour la plupart des Sénégalais, étaient montés à bord du bateau à Sabratha, une ville dans l’ouest de la Libye, située à 70 km de Tripoli. Parti avec une autre embarcation, le navire a connu des difficultés sur une mer agitée et a finalement échoué à proximité de la plage Hay al-Andalous, un quartier résidentiel à Tripoli.

Des migrants morts noyés

« Nous pensions être déjà arrivés en Italie », a expliqué l’un des rescapés. Selon des témoins, plusieurs migrants ont sauté du bateau pour rejoindre la plage, mais, ne sachant pas nager, se sont noyés.

Parmi les rescapés, figuraient deux femmes et un enfant qui étaient en état de choc. L’une des femmes, enceinte et souffrante, a été trouvée assise, en pleurs, près du corps inanimé d’un homme gisant sur le sable, vraisemblablement son frère. Elle a été hospitalisée.

Les passagers de l’autre embarcation, se rendant compte qu’ils étaient encore en Libye, ont fait demi-tour et repris le large. Les garde-côtes ont immédiatement alerté les autorités italiennes.

Une traversée périlleuse

Plongée dans le chaos cinq ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est devenue une plaque tournante de l’immigration clandestine vers l’Europe. Des milliers de migrants partent chaque année depuis l’ouest du pays à destination de l’Italie, dont les côtes ne sont qu’à quelques centaines de kilomètres. En dépit du froid, du mauvais temps et de fortes rafales de vent ces derniers jours, les départs depuis les côtes libyennes ne semblent pas s’être arrêtés.

La traversée est pourtant périlleuse. Selon l’ONU, plus de 5.000 migrants ont trouvé la mort en 2016 en traversant la Méditerranée pour rejoindre l’Europe. Il s’agit du bilan le plus lourd jamais enregistré alors que le nombre de personnes ayant traversé la Méditerranée cette année (près de 360 000 selon l’Organisation internationale pour les migrations) a fortement diminué par rapport à 2015 (plus d’un million).

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici