Mozambique : une trêve de deux mois annoncée par l’opposition armée

Par Jeune Afrique avec AFP

Afonso Dhlakama, le leader de l'opposition au Mozambique. © Adrien Barbien / CC/Flickr

Le leader de l'opposition mozambicaine, Afonso Dhlakama, a annoncé mardi une trêve de deux mois dans le conflit qui oppose la branche armée de son parti, la Renamo, et le gouvernement.

La Renamo a ainsi décidé de prolonger le cessez-le-feu d’une semaine annoncé le 27 décembre. « Il y a eu quelques petits incidents, mais la trêve de sept jours s’est bien passée. Donc, j’annonce le prolongement de la trêve pendant 60 jours, jusqu’au 4 mars », a déclaré ce mardi Afonso Dhlakama, qui vit retranché dans les montagnes de Gorongosa, dans le centre du pays.

Cette annonce survient au moment où les pourparlers de paix entre le gouvernement et la Renamo semblaient au point mort. Elle fait suite à une série de conversations téléphoniques entre le chef de l’opposition et le président mozambicain Filipe Nyusi. « Cette trêve est destinée à créer un environnement propice à l’accélération des négociations à Maputo, dans une ambiance de paix et de tranquillité pour les deux côtés, le gouvernement et la Renamo, a assuré Afonso Dhlakama. Je continue à dire que les forces de la Renamo n’iront pas provoquer les positions des forces gouvernementales. »

« Une confiance en train de se créer »

De son côté, le président mozambicain avait annoncé lundi que la responsabilité de l’annonce du prolongement de la trêve incombait à la Renamo, dans la mesure où le gouvernement ne se livrait à aucune attaque. « La confiance est en train de se créer, de se construire, et elle va être productive », a-t-il souligné, selon la télévision privée STV.

Les affrontements durent depuis trois ans et ont causé plus de 20 000 déplacés et réfugiés. La Renamo, l’ancienne rébellion de la guerre civile mozambicaine (1976-1992), se bat pour contester la mainmise du Frelimo, au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1975.