Somalie : neuf blessés dans des attaques-suicides à Mogadiscio

Par Jeune Afrique avec AFP

Un soldat somalien sur les lieux d'un attaque-suicide à la voiture piégée à Mogadiscio, le 2 janvier 2017. © Farah Abdi Warsameh/AP/SIPA

Au moins neuf personnes ont été blessées ce lundi dans deux attaques-suicides. La première s'est produite à l'entrée de l'aéroport de Mogadiscio, la seconde devant un hôtel proche de l'aéroport. Les Shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont rapidement revendiqué les attaques.

« Le nombre de blessés est très minime par rapport à l’importance de l’explosion », a déclaré à l’AFP Abudkadir Mohamed, un officier de sécurité.

Selon le responsable, au moins neuf personne auraient été touchés par les explosions, dont deux gardiens du Peace Hôtel, situé à proximité de l’aéroport international de la capitale somalienne.

Les étrangers visés

La première attaque a eu lieu devant la porte Medina de l’aéroport, qui abrite le quartier-général de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom) ainsi que les bureaux de l’ONU, des ONG, des missions diplomatiques et d’entreprises étrangères.

Aussitôt après et à proximité, un gros véhicule a explosé devant le Peace Hôtel, généralement fréquenté par des clients étrangers. L’explosion aurait provoqué beaucoup de dégâts matériels, endommageant des maisons voisines.

Dans un communiqué diffusé par leur radio, Radio Andalus, les Shebab ont revendiqué ces deux attentats.

« Les combattants ont mené deux attaques-suicides, le premier visant un barrage » à l’entrée de l’aéroport afin « de permettre au deuxième assaillant qui conduisait un camion de viser le Peace Hotel », affirme ce communiqué.

Risque très élevé d’attentats

Dans un récent rapport, l’ONU soulignait que cinq ans après avoir été chassés de Mogadiscio, les Shebab demeurent une menace sérieuse pour le régime somalien et gardent la capacité d’organiser des attentats de grande ampleur.

En raison du risque sécuritaire, les parlementaires nouvellement élus ont prêté serment mardi à Mogadiscio sous très haute protection.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici