Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

Par Jeune Afrique

Les rebelles sont regroupés sous la bannière de la Coordination des mouvements de l'Azawad. © AFP

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.

Regroupés sous la bannière de la Coordination des mouvements de l’Azawad, les représentants de plusieurs groupes rebelles maliens (MNLA, HCUA, CPA, MAA, etc.) se sont retrouvés pendant une semaine à Niamey pour tenter d’accorder leurs violons avant la reprise des pourparlers de paix, le 20 novembre à Alger.

Initialement prévue à Ouagadougou, la réunion a dû être transférée à Niamey en raison de l’instabilité de la situation politique au Burkina depuis la chute de Blaise Compaoré, le 31 octobre. Au cours de leur séjour niaméyen, les rebelles maliens ont planché sur un document cadre synthétisant leurs revendications. Ils ont été reçus par Mohamed Bazoum et Brigi Rafini, respectivement ministre des Affaires étrangères et chef du gouvernement du Niger.