Fermer

Télécoms : l’opérateur sud-africain MTN a réglé un quart de son amende au Nigeria

Par Jeune Afrique

MTN est présent dans 22 pays d’Afrique et du Moyen-Orient et compte près de 63 millions d’abonnés au Nigeria qui est son premier marché. © Vincent Fournier/JA

Le ministre nigérian des Communications, Adebayo Shittu, a indiqué lundi à l'agence d'informations officielle du Nigeria (NAN) que l'opérateur de téléphonie mobile condamné à une amende de 330 milliards de nairas pour ne pas avoir désactivé des cartes SIM anonymes s'était déjà acquitté de 80 milliards de nairas.

Si cette information rapportée par le gouvernement n’a pas été confirmée par MTN, l’opérateur téléphonique avait indiqué en juin dernier dans un communiqué s’être déjà acquitté de 50 millions de nairas.

En juin 2016, et après négociations avec l’État nigérian, le géant des télécommunications implanté dans une vingtaine de pays africains a finalement été condamné à payer une amende – très largement revue à la baisse – équivalente à 1,7 milliard de dollars payable en six fois sur trois ans.

MTN accusé de faire le jeu de Boko Haram 

Pour ne pas avoir respecté l’ordre du gouvernement nigérian, en août 2015, de désactiver plus de 5 millions de cartes SIM anonymes dans le pays, le géant des télécoms sud-africain avait initialement écopé d’une amende record de 5,2 milliards de dollars en octobre 2015 (ramenée dans un premier temps à 3,9 milliards de dollars en décembre) infligée par l’Autorité des communications du Nigeria (NCC).

Avant cette mesure prise par le gouvernement nigérian en août 2015 pour faire face à la rébellion islamiste de Boko Haram active au Nigeria, il était possible d’acheter une carte SIM sans présenter ses papiers d’identité.

En mars dernier, le président nigérian Muhammadu Buhari avait estimé que MTN avait aidé l’insurrection islamiste de Boko Haram en refusant de désactiver des millions de cartes SIM anonymes.

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro