Un mannequin challenge pour dénoncer l’excision des filles en Afrique

Selon l'Unicef, 200 millions de jeunes filles et de femmes vivant aujourd’hui ont déjà été victimes de mutilations sexuelles. © Andrew Medichini / AP / SIPA

Vous ne pouvez pas rester de glace ! Tel est le message de l'organisation onusienne qui surfe sur le mannequin challenge, un phénomène web à la mode, pour sensibiliser sur le mal de l'excision qui ronge plusieurs pays africains.

Pour alerter sur le thème de l’excision des filles, l’UNICEF a choisi le mannequin challenge, dernier phénomène viral à la mode sur les réseaux sociaux. L’idée est de figer un décor dans lequel personne ne bouge pour amener le récepteur à interagir avec le message de la vidéo.

Ce concept a été utilisé par de nombreuses personnalités mondiales : Hillary Clinton au moment de la présidentielle américaine, Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers du Real Madrid, l’ex-groupe féminin de RnB Destiny’s Child…

 

 

Une vidéo qui glace le sang

La vidéo de l’Unicef, publiée le 21 décembre, montre un village situé au Tchad, dans une scène en apparence paisible : des enfants qui jouent dans une cour, des vieux devant leur table de backgammon, des femmes absorbées par leurs tâches ménagères…

Et puis la caméra se fige sur une femme menaçant une jeune adolescente d’un rasoir. La fille, terrifiée, est maintenue par terre par trois femmes. Il n’y a aucun doute, elle va va se faire exciser. « Vous ne pouvez pas rester de glace ! » , conclut la vidéo.

« Au Tchad, une fille sur deux serait toujours victime de l’excision. Et, à l’échelle de la planète, 200 millions de femmes auraient subi cette mutilation », s’alarme l’Unicef. Selon lui, trente pays dans le monde seraient concernés par cette pratique d’un autre âge, principalement en Afrique.

Le record des plus fortes prévalences dans le monde est détenu par cinq pays africains : la Somalie (98%), la Guinée (96%), le Djibouti (93%), l’Égypte (91%) et l’Érythrée (89 %).

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici