Tunisie : mobilisation et réaction du gouvernement après l’agression de trois personnes d’origine congolaise

Par Jeune Afrique

En Tunisie, la société civile hausse le ton pour mettre fin au racisme. © Tim Pierce/CC/Flickr

Des dizaines de Tunisiens et d’étudiants Subsahariens se sont réunis à Tunis pour dénoncer une « multiplication des agressions racistes », après la violente agression samedi de trois personnes d’origine congolaise.

« Deux ont eu la gorge tranchée et le troisième a été poignardé. […] Nous réclamons justice », a expliqué à l’AFP Rachid Ahmad Souleimane, président de l’Association des étudiants et stagiaires africains en Tunisie (Aesat) lors d’une manifestation organisée dimanche 25 décembre devant le Théâtre municipal de Tunis, sur l’avenue Habib Bourguiba.

Une centaine de personnes était présente pour dénoncer de « multiples cas d’agressions », dont celle subie la veille dans la capitale par trois personnes d’origines congolaise.

Plus largement, il s’agissait pour les personnes rassemblées de dénoncer la situation dont souffrent les étudiants africains depuis des années en Tunisie, a expliqué à l’agence TAP un membre de l’Aesat sur place.

Plaintes sans réponses

« On a longtemps porté plainte dans les postes de police contre des cas récurrents de discrimination et de violence subies sans jamais avoir de réponse », s’est-il indigné. « Il y a eu même des cas de décès. » Autre objectif aussi du rassemblement, selon lui : appeler le gouvernement à « assurer notre protection et garantir nos droits. »

Plusieurs organisations, des militants et de simples internautes tunisiens et étrangers ont exprimé leur colère et leur indignation suite à cette dernière agression, exprimant leur solidarité avec toutes les victimes de racisme dans le pays. À l’instar de Saadia Mosbah, présidente de l’association M’nemti, ou l’association malienne des étudiants et stagiaires en Tunisie (Amest).

L’agresseur des trois personnes d’origine congolaise a été interpellé et devait être présenté ce lundi 26 décembre à la justice, a indiqué son père sur la radio Mosaïque FM, affirmant que son fils souffrait de « troubles psychologiques ».

Examen en urgence d’un projet de loi

Au lendemain de ces agressions, la ministre Samira Merai s’est rendue au chevet d’une des victimes d’origine congolaises à l’hôpital Charles Nicole, donnant des consignes au staff médical pour « prendre soin de la malade et mettre à sa disposition tous les moyens de confort jusqu’à son rétablissement. »

Mehdi Ben Gharbia, le ministre tunisien chargé des droits de l’Homme, a également rendu visite aux victimes hospitalisées et appelé à « briser le silence » autour du racisme. « Un grand travail nous attend afin de changer les mentalités », a-t-il déclaré.

Il faut une stratégie nationale afin de changer les mentalités

À l’occasion de la journée nationale contre la discrimination raciale, organisée le 26 décembre par le ministère des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les droits de l’Homme, le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed a par ailleurs appelé à l’examen « en urgence » par le Parlement d’un projet de loi pénalisant le racisme.

« Il faut une stratégie nationale afin de changer les mentalités, [et] une loi qui criminalise la discrimination », a-t-il déclaré. « L’initiative législative présentée il y a presque deux ans au Parlement est une étape vers […] la poursuite des auteurs de ces crimes : je demande à ce que les députés en débattent en urgence. Il faut aussi lancer des campagnes de sensibilisation », a-t-il ajouté.

 

 

Selon Youssef Chahed, « il est de notre devoir d’entamer la discussion […] sur ces sujets tabous », car « la discrimination raciale constitue une atteinte aux droits de l’Homme ». Il a par ailleurs indiqué vouloir faire de cette journée nationale du 26 décembre un « rendez-vous annuel ».

En juin, des organisations de la société civile avaient présenté leur propre proposition de loi criminalisant toute forme de discrimination, et obtenu le soutien de députés de la majorité, dans le cadre notamment de la lutte antiraciste. Selon des juristes, la Tunisie ne compte à ce jour aucune loi spécifique à la lutte contre les discriminations ; une seule, dédiée à la liberté de la presse, en fait mention.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici