RDC : cinq militaires burundais abattus dans le Sud-Kivu

Par Jeune Afrique

Funérailles d'un haut gradé burundais en 2015. © Berthier Mugiraneza/AP/SIPA

L'armée congolaise a tué dans la nuit de mercredi à jeudi cinq soldats burundais dont le contingent avait pénétré en territoire congolais, dans l'est du pays, a annoncé vendredi un porte-parole local de l'armée.

Selon le major Dieudonné Kajibwami, « les affrontements ont commencé quand les militaires burundais qui pourchassaient les rebelles burundais des FNL [Forces nationales de libération, une milice rebelle hutu, ndlr] sont entrés sur le sol congolais à Kiliba en passant par la frontière de Vugizo. »

« C’est ce débordement jusqu’au-delà de leur frontière qui a poussé les FARDC [Forces armées de la RDC] à les attaquer, faisant cinq morts côté burundais et aucune perte côté FARDC », a-t-il ajouté.

Leurs corps ont été transportés dans la ville voisine d’Uvira, a-t-il conclu. Sollicitée par l’AFP, l’armée burundaise n’était pas joignable ce vendredi après-midi pour donner sa version des faits.

Refuge au Sud-Kivu

Situé sur la rive nord du Lac Tanganyika, Vugizo est un poste-frontière qui sépare la localité burundaise de Gatumba, proche de la capitale Bujumbura, de celle congolaise de Kiliba, située à une centaine de kilomètres au sud de Bukavu, la capitale du Sud-Kivu.

Les FNL ont trouvé refuge de longue date dans le Sud-Kivu.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici