#FaisonsLesComptes : l’appel à financer les Éperviers togolais pour la CAN agace

Un supporter togolais pendant la CAN 2013, en Afrique du Sud. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Comme en 2013, le gouvernement togolais a lancé un comité de mobilisation de fonds en faveur de l'équipe nationale de football, en vue de la prochaine Coupe d'Afrique des nations, qui se tiendra en janvier au Gabon. Mais la population s'émeut de cette contribution spéciale qui lui est demandée.

Lundi, des internautes togolais ont ainsi lancé une campagne de protestation sur les réseaux sociaux. Ils réclament, avant toute nouvelle contribution, les comptes des fonds mobilisés par l’État en faveur des Éperviers, lors de la dernière édition de la CAN, en 2013.

Les internautes réussiront-ils là où ont échoué les associations de consommateurs ? Ils ont en tous cas créé un petit buzz le 19 décembre grâce au hashtag #FaisonsLesComptes, qui a été utilisé plus de 20 000 fois en 24 heures. Motif de leurs griefs ? La décision du gouvernement de créer un nouveau comité de mobilisation de fonds pour permettre à l’équipe nationale de football de bien représenter le pays à la prochaine CAN au Gabon.

Pour Aphtal Cissé, blogueur et initiateur de la campagne, « il est en effet difficile de comprendre ce décret pris en Conseil des ministres dans la mesure où, lors de la dernière participation à la CAN, le peuple togolais fut déjà fortement mis à contribution, afin de venir en ‘aide’ à l’équipe nationale. »

Une taxation indirecte

En 2013, la mobilisation de fonds a connu un fort succès à travers des contributions indirectes, comme l’augmentation provisoire des coûts de télécommunication, des prix de la bière ou encore du ciment. Le comité mis en place par le gouvernement et présidé par le Premier ministre d’alors, Arthème Ahoomey-Zunu, avait créé pour l’occasion deux comptes bancaires et les Éperviers ont accédé aux quarts de finale de la compétition pour la première fois de leur histoire.

Le dénouement est donc plutôt positif, mais « à ce jour, aucun compte n’a été rendu public sur la gestion des sommes collectées », déplore Aphtal Cissé. « Il faut au moins qu’on nous explique pourquoi on nous oblige à soutenir notre équipe, qu’on évalue la valeur de notre effort et qu’on nous dise précisément l’usage qui en a été fait », s’indigne-t-il, aux côtés d’autres Twittos.

Des associations de consommateurs ont également exigé de la transparence, en vain. Ainsi que l’opposition, qui exige la publication des « comptes sincères ». « Il faut que les consommateurs togolais sachent par quel moyen on va ponctionner leur argent et puissent éventuellement décider, si c’est par exemple sur le coût de téléphone, de boycotter le téléphone », a notamment conseillé Gerry Taama, candidat malheureux à la présidentielle d’avril 2015.

Il reste quelques semaines aux autorités pour publier le rapport attendu et surtout réussir à créer une nouvelle mobilisation populaire en faveur de l’équipe nationale.