Tchad – Sénégal : le procès en appel d’Hissène Habré s’ouvrira le 9 janvier à Dakar

Par Jeune Afrique avec AFP

Hissène Habré lors de son procès à Dakar, le 20 juillet 2015. © Ibrahima Ndiaye/AP/SIPA

Le procès en appel de l'ex-président tchadien, condamné le 30 mai 2016 à la prison à vie pour crimes contre l'humanité par un tribunal spécial africain à Dakar, s'ouvrira le 9 janvier, a appris l'AFP mardi de sources judiciaires.

Le procès en appel de Hissène Habré « s’ouvrira le 9 janvier à neuf heures, heure locale », a déclaré à l’AFP Marcel Mendy, porte-parole du tribunal spécial, confirmant une ordonnance signée par le président de la chambre d’appel, le Malien Wafi Ougadèye. La date de l’ouverture du procès en appel a également été confirmée à l’AFP par un des avocats commis d’office pour la défense, qui n’a pas souhaité être identifié ni fournir de détails.

Pour l’heure, le président de la Cour d’appel « n’a pas encore fixé le calendrier des audiences parce qu’on n’a pas encore une idée claire des témoins qui vont être entendus », a ajouté Marcel Mendy. Selon une source judiciaire proche du dossier, « la défense a demandé l’audition de huit témoins, mais la Cour n’a pas encore tranché » et jusqu’à mardi soir, on ignorait « si la Cour [allait] aussi demander aux parties de plaider ».

Selon cette même source, la cour d’appel ne va « pas revoir l’ensemble des éléments qui ont été soumis à la Chambre de première instance ou réévaluer l’ensemble de ses conclusions » ; son intervention portera sur « les erreurs de droit qui invalident la décision ou une erreur de fait qui occasionne un déni de justice.

Hissène Habré sera-t-il présent ? 

C’est également le président de la Cour d’appel qui décidera s’il peut se passer de la présence physique de Hissène Habre lors du procès en appel, ou au contraire « l’estimer nécessaire » et donc l’exiger, a précisé le porte-parole du tribunal spécial. En premier instance, l’ex-président tchadien était demeuré silencieux et impassible durant tout son procès.

Condamné à la prison à vie le 30 mai 2016, Hissène Habré avait été également condamné fin juillet 2016 à indemniser ses victimes, jusqu’à 20 millions de francs CFA (plus de 30 000 euros) par individu. Au terme du procès en appel, le verdict sera définitif. En cas de condamnation, Hissène Habré purgera sa peine au Sénégal ou dans un autre pays de l’UA.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici