Ouganda : la première centrale solaire du pays entre en service

Par Jeune Afrique

Des ingénieurs ougandais réparent les panneaux solaires d'une installation à 300 kilomètres de Kampala. © Stephen Wandera/AP/SIPA

Présentée comme la plus grande de ce type en Afrique de l'Est, la centrale solaire de Soroti, implantée dans l'est de l'Ouganda, a été inaugurée ce lundi. D'une capacité de 10 MW, cette collaboration entre le français Eren et le dubaïote Access Power doit approvisionner en électricité 40 000 foyers.

Ses 32 000 panneaux solaires doivent fournir une électricité à faible teneur en carbone pour 40 000 foyers dans la région.

Annoncée par le binôme franco-dubaïpte en février dernier, sa construction d’un montant total de 19 millions de dollars a été menée via le Global Energy Transfer Feed in Tariff (Get FiT) qui vise à fournir des sources d’énergies renouvelables aux pays en développement.

Ce programme, lancé par la banque allemande de développement KfW en partenariat avec l’Agence de régulation de l’électricité de l’Ouganda (ERA), est en partie financé par l’Union européenne, les gouvernements norvégien, allemand et britannique et FMO, la banque de développement des Pays-Bas.

Moteur de développement

« La centrale que nous lançons aujourd’hui est jusqu’ici la plus grande en Afrique de l’Est, estime la directrice générale d’ERA, Ziria Tibalwa, lors de l’inauguration. Nous sommes si fiers de ce résultat de [nos lois] sur l’environnement qui [ont] permis un tel projet d’envergure dans la région ».

De son côté, Jennie Barugh, directrice du Département britannique du développement international (DFID) pour l’Ouganda, souligne « qu’en tant que nation ouverte sur le monde, le Royaume-Uni soutient les efforts de l’Ouganda pour devenir un pays à revenu intermédiaire, avec un soutien bilatéral de 110 millions de livres [130 millions d’euros, ndlr] cette année. L’électricité est un puissant moteur de développement ».

À terme, la centrale solaire de Soroti doit voir sa capacité augmenter dans les années à venir pour atteindre les 20 MW. En Ouganda, en 2012, seuls 18% (contre 6% en 1990) des quelque 37 millions d’habitants avaient accès à l’électricité, selon les données de la Banque mondiale.