Fermer

Hommage : quinze défenseurs des droits de l’homme qui ont marqué 2014

La sélection Jeune Afrique des défenseurs africains des droits de l'homme en 2014. © Montage JA

Ils sont nombreux en Afrique à défendre les droits de l'homme. Lutte contre la torture, soutien aux prisonniers, droit à la terre... "Jeune Afrique" a sélectionné quinze activistes qui ont marqué l'année 2014 sur le continent.

Certains sont connus internationalement et ont obtenu de multiples récompenses. D’autres, plus anonymes, luttent loin des regards, ou presque. Tous ont fait de la lutte pour les droits de l’homme un idéal. Militants contre la torture et les arrestations arbitraires, opposants à la violence et à la corruption ou encore partisans du droit à la terre, ils risquent tous leur vie sur le continent, face à des pouvoirs politiques ou économiques.

Jeune Afrique vous propose sa sélection des quinze défenseurs des droits de l’homme qui ont marqué 2014. 

Cette sélection ne serait évidemment pas complète si nous n’y ajoutions les personnes ayant perdu la vie dans leur lutte pour les droits humains. Parmi elles, la Sud-Africaine Thuli Ndlovu, le Soudanais Osman Hummaida et la Libyenne Salwa Bughaighis.

Thuli Ndlovu (Afrique du Sud) était membre du mouvement Abahlali Basemjondolo, dont le but est de protester contre l’occupation de terrains auparavant promis à la construction de maisons pour les habitants des bidonvilles. Se battant pour l’attribution de nouveaux logement aux défavorisés et contre la corruption, elle a été assassinée le 29 septembre 2014.

 

Le Soudanais Osman Hummaida a lutté pendant 30 ans pour que cessent les exécutions, bombardements indiscriminés et autres violations contre les populations du Soudan. Soupçonné en 2008 de transmettre des renseignements à la Cour pénale internationale (CPI) sur les crimes au Darfour, il avait été arrêté et torturé par les services de renseignements. Il avait dû fuir son pays et mener son combat en exil. Il est décédé le 17 avril 2014.

 

Militante des droits de l’homme, Salwa Bughaighis a été assassinée le 28 juin 2014 à son domicile de Benghazi. Refusant de porter le voile, la Libyenne était l’une des rares femmes à continuer de défier les milices islamistes. Après avoir résisté à la tyrannie de Mouammar Kadhafi et défendu des activistes islamistes, elle continuait à se battre pour les droits des femmes libyennes.

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici