Somalie : des jihadistes affiliés à l’État islamique chassés d’un port au nord du pays

Par Jeune Afrique avec AFP

Des Shebab dans le nord de la Somalie, en octobre 2010. © Mohamed Sheikh Nor/AP/SIPA

Des jihadistes qui se revendiquent du groupe État Islamique ont été chassés du port de Qandala, dans la région semi-autonome du Puntland, au nord de la Somalie, par les forces gouvernementales locales, ont indiqué ces dernières mercredi.

Présents à Qandala depuis le 25 octobre, les combattants de l’État islamique avaient fait de la prise de cette ville portuaire leur premier réel point d’ancrage dans un pays où Al-Shebab, groupe terroriste lié à Al-Qaïda, contrôle encore d’importantes parties du territoire.

Après être entrés dans la ville, les militants s’en étaient retirés à chaque fois qu’ils avaient anticipé un assaut des forces du Puntland, mais étaient toujours restés aux alentours. « Les forces du Puntland ont repris le contrôle de Qandala et les militants armés ont fui. Maintenant la situation est calme et tout est sous contrôle », a indiqué le gouverneur régional, Yusuf Mohamed Waceys. Le bilan du gouverneur, qui fait état de dizaines de morts dans les rangs jihadistes, n’a pas pu être confirmé.

Scissions dans les rangs Shebab

En proie à d’importantes scissions au sein de son mouvement, Al-Shebab a enregistré en octobre 2015 de nombreuses défections de ses combattants, partis rejoindre les rangs de l’État islamique. C’est le cas du Somalien Abdulqadir Mumin, qui a quitté les rangs d’Al-Qaïda il y a un an, et leader actuel du contingent chassé de Qandala. Mumin est, depuis août, inscrit sur la liste des terroristes internationaux du département d’État américain.

Ancien fief des pirates somaliens, Qandala est une ville hautement stratégique en Somalie puisque, situé sur le golfe d’Aden, ce petit port de pêche fait face aux côtes yéménites, pays ravagé par une guerre à laquelle participent Al-Qaïda et l’EI.