Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

Par Jeune Afrique avec AFP

Ali Bongo Ondimba, président du Gabon à Paris le 10 Novembre 2015. © Francois Mori/AP/SIPA

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 au 9 décembre pour renforcer les relations avec la première puissance économique mondiale.

Ali Bongo Ondimba a choisi la Chine pour son premier voyage hors du continent africain depuis sa réélection contestée face à l’opposant Jean Ping, le 27 août dernier.

Accompagné de son épouse, Sylvia Bongo Ondimba, le président gabonais est arrivé à Pékin mardi soir et a été accueilli par le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhang Ming. Il doit rencontrer mercredi son homologue Xi Jinping, entretien qui devrait être suivi de la signature de plusieurs accords. Le président de la République conclura cette visite d’État par une visite de la riche province du Guangdong.

 

La Chine, investisseur majeur

Premier partenaire commercial du Gabon dont elle capte 14,2% des exportations, la Chine collabore également avec le pays sur les domaines de la santé, des infrastructures, avec de nombreuses routes et des stades pour la CAN 2017, ainsi que dans l’agriculture et l’éducation.

« Le Gabon est une terre d’opportunité. Et nous appelons les entreprises chinoises, qui sont déjà présentes au Gabon, à venir encore plus nombreuses pour investir. Et c’est donc le message naturel qui est le mien vis-à-vis d’un de nos plus gros partenaires qui est la République populaire de Chine », a déclaré le président gabonais à l’agence de presse Chine Nouvelle.

Le choix de la Chine porte également une forte valeur symbolique. Si les relations diplomatiques entre les deux pays existent depuis 1974 et n’ont cessé de se développer depuis, le Gabon reste un partenaire historique de la France. Mais les relations entre les deux pays se sont refroidies depuis la réélection controversée d’Ali Bongo aux dépens du candidat de l’opposition, Jean Ping.

L’adversaire d’ABO avait par ailleurs entrepris une tournée en Europe et aux États-Unis début novembre, pour revenir sur ce scrutin qu’il juge frauduleux.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici