Malawi : le président et le vice-président reportent leur forte hausse de salaire

Par AFP

Le président du Malawi, Peter Mutharika, passe en revue la garde d'honneur devant le Parlement. © AFP

Le président du Malawi et son vice-président ont remis à plus tard leurs fortes et controversées hausses de salaire, "jusqu'à ce que l'économie du pays se soit remise", a annoncé dimanche le secrétaire général du gouvernement.

La présidence avait annoncé samedi que les salaires du chef de l’Etat Peter Mutharika et de son vice-président Saulos Chilima avaient augmenté de 80% depuis octobre. Le président s’était augmenté de 3.200 dollars à 5.000 dollars par mois (4.000 euros), et le vice-président de 1.920 à 3.500 dollars. "Les augmentations de salaire proposées étaient justifiées, mais le président a décidé de reporter ces mesures par solidarité avec les Malawites qui vivent une situation économique difficile", a expliqué le secrétaire général du gouvernement George Mkondiwa dans un communiqué.

En revanche, les hausses de salaire sont maintenues pour les ministres et les parlementaires. Les traitements des 20 ministres du gouvernement ont augmenté de 168%, de 1.150 à 3.000 dollars par mois, et ceux des 193 parlementaires ont été multipliés par cinq, passant de 242 à 1.150 dollars par mois. Sans compter une allocation mensuelle pour l’essence de 1.600 dollars.

Par comparaison, les employés du service public de ce petit pays d’Afrique australe sont rémunérés 100 dollars par mois, et près de la moitié des 15 millions d’habitants vivent avec moins d’un dollar par jour. Le Malawi, dont l’économie en crise repose sur l’agriculture, traverse également une grave crise budgétaire depuis l’éclatement d’un vaste scandale de corruption publique en 2013. Des hauts responsables avaient détournés 30 millions de fonds publics en moins de six mois.

L’affaire a entraîné la suspension des aides, cruciales pour le pays, d’importants bailleurs de fond internationaux qui assuraient 40% du budget de l’Etat. Le ministre de l’Information Kondwani Nankhumwa a néanmoins estimé que les nouveaux salaires des dirigeants du Malawi étaient "compatibles avec le budget" approuvé en septembre par le Parlement, pourtant déficitaire de 205 millions de dollars.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici