Tunisie : remise en liberté des pêcheurs détenus en Libye

Par Jeune Afrique

Des pêcheurs libyens, dans le port de Sabrata. © Abdel Magid Al Fergany/AP/SIPA

49 marins-pêcheurs tunisiens retenus en Libye pour avoir « pénétré illégalement dans les eaux territoriales libyennes » ont été libérés mardi matin, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères tunisien.

Une information confirmée le même jour à l’agence TAP par le frère d’un des pêcheurs, en contact avec l’avocat des détenus et le chef du district de la sûreté de Zaouïa, en Libye.

« Les marins-pêcheurs retenus depuis le 15 novembre dernier en Libye sont sains et saufs et bien traités », avait déjà annoncé le 3 décembre le ministère, précisant dans son communiqué qu’une cellule de suivi avait été créée pour assurer le suivi de la situation des pêcheurs tunisiens et établir les contacts nécessaires avec les autorités libyennes en vue de leur retour au pays.

À cette date, trois bateaux de pêche tunisiens avaient été arraisonnés par les gardes-côtes libyens et escortés vers un port libyen proche de Zaouia, leur activité ayant été jugée illégale.

Un blessé parmi les pêcheurs

Selon le département tunisien de la Défense nationale, le jour de l’arrestation des pêcheurs par les autorités libyennes, des unités de la marine nationale déployées sur les lieux avaient réussi à obtenir la libération de l’un des bateaux de pêche. Il n’a pas précisé ce qui était advenu des deux autres bateaux.

Les gardes-côtes libyens avaient annoncé, à l’époque, l’arrestation de 54 pêcheurs tunisiens. Le ministère des Affaires étrangères, qui évoque la libération de 49 personnes, n’a pas apporté donné davantage de détails, hormis le fait que l’un des marins avait été blessé le 15 novembre, suite à des tirs de sommation.