Ghana : un partisan de l’opposition tué à la veille de la présidentielle

Par Jeune Afrique avec AFP

Nana Akufo-Addo entouré de ses partisans à Accra, le 4 décembre 2016. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Un supporter du NPP, le principal parti d'opposition, a été tué lundi dans des violences en marge d'un meeting électoral dans le nord-est du Ghana.

Des membres des deux principaux partis du pays sont, selon la police, venus parader à moto en marge d’un meeting électoral et la situation s’est rapidement envenimée. « Il y a eu des bagarres entre les jeunes (…) Ils ont commencé à se jeter des pierres, la police est intervenue et a tenté de les séparer », a rapporté Ken Yeboaf, commissaire de police à Tamale (nord-est) en mentionnant la présence d’armes à feu.

Le bilan de ces violences est, pour l’instant, d’un mort et 14 blessés. Six se trouvent toujours dans un état critique selon la police.

Scrutin serré

Ces violences interviennent alors que les électeurs sont attendus aux urnes mercredi pour élire leur nouveau président. Le scrutin oppose le dirigeant sortant John Mahama, du Congrès National Démocratique, à son rival historique Nana Akufo-Addo, chef de file du Nouveau Parti Patriotique (NPP). Cinq autres candidats sont en course mais la campagne s’est extrêmement resserrée entre les deux favoris.

Une charte pour assurer la paix

Alors que les sept candidats du scrutin ont signé la semaine dernière une charte pour assurer la paix pendant l’élection, la campagne a déjà connu plusieurs tumultes. Le mois dernier, la résidence de Nana Akufo-Addo avait été attaquée alors qu’il était engagé dans une série de meeting. Le NPP s’est, de son côté, distingué pendant la campagne par plusieurs accusations de corruption contre le parti du président sortant.

Régulièrement cité pour sa stabilité et son système démocratique, le Ghana devra départager le président et les six autres candidats, dont cinq appartiennent à l’opposition.