Fermer

Ce jour-là : le 13 décembre 1998, le journaliste burkinabè Norbert Zongo est assassiné

Norbert Zongo, journaliste burkinabé. Date et lieu inconnus. © DR

En plein milieu d’après-midi ce 13 décembre 1998, un véhicule enflammé est retrouvé sur la route nationale 6, près de Sapouy, dans le sud du Burkina Faso. Une macabre découverte qui va secouer le pays jusqu'à son sommet.

À bord du robuste 4×4 noir – un Land Cruiser Toyota dont la carcasse est encore fumante, les premiers témoins puis les policiers découvrent trois corps sans vie, partiellement calcinés. Aucune trace de freinage où de collision n’est observé sur les lieux et rien ne semble indiquer un banal accident aux conséquences tragiques. C’est le quatrième cadavre, retrouvé gisant tout près du véhicule, qui met la police sur la piste du ou des criminels : deux douilles sont retrouvées près de lui.

L’autopsie confirmera que ni la fumée ni les flammes ne sont à l’origine des décès de Blaise Ilboudo, Ablassé Nikiéma et des frères Zongo – qui se rendaient dans un ranch pour le week-end. Non, les quatre hommes ont d’abord été abattus par balle, avant que leurs corps ne soient brûlés.

Au pays des Hommes intègres, l’annonce de ces assassinats traverse le pays à la vitesse d’un feu de brousse. Et pour cause : l’un des corps est celui du journaliste Norbert Zongo, figure de l’opposition à Blaise Compaoré et directeur de l’hebdomadaire L’Indépendant.

L’affaire Ouedraogo

Né à Koudougou, Norbert Zongo avait entamé une carrière d’enseignant dans les années 1970 avant de bifurquer durant la période sankariste vers le journalisme. Moins d’une décennie plus tard, en 1993, il fondait à Ouagadougou son propre journal, dénonçant les régimes africains autoritaires et corrompus, révélant de sombres affaires impliquant des proches de Blaise Compaoré. Il condamne aussi la politique de « rectification » appliquée après la Révolution burkinabè et l’assassinat de Thomas Sankara, en 1987.

Critique, intègre et indépendant, l’hebdomadaire acquiert rapidement une grande renommée au Faso. Tirant chaque semaine à plus de 15 000 exemplaires, c’est alors le journal le plus lu du pays. Mais de plus en plus connu et apprécié pour ses enquêtes, l’hebdo devient aussi une source de gêne pour l’entourage de Compaoré.

De fait, l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons semble lié à une enquête, entamée depuis presque un an. En 1998 le journaliste – qui écrivait sous le pseudonyme de « Henri Segbo » – travaille sur l’incarcération arbitraire de David Ouedraogo au Conseil de l’Entente, une caserne militaire. Le jeune homme, ex-chauffeur personnel de François Compaoré (le frère cadet du président), avait été accusé de vol à l’encontre de Salah Compaoré, la femme de ce dernier.

Pour Zongo, le chauffeur de François Compaoré ne serait pas décédé des suites d’une maladie, mais à cause de tortures infligées par le RSP

Le 13 janvier 1998, Norbert Zongo publie dans L’Indépendant : « Nous ne cherchons pas à savoir s’il y a eu un vol. (…) Ce qui nous préoccupe, c’est l’incarcération des suspects au Conseil. (…) Nous sommes dans un État de droit paraît-t-il. (…) Où a-t-on gardé les présumés coupables ? ». Cinq jours plus tard, le 18 janvier, David Ouedraogo décède dans les locaux de l’infirmerie de la présidence burkinabè, officiellement « de sa maladie », selon le médecin-chef présent. 

Pour le journaliste, l’affaire est trop trouble pour qu’il s’agisse d’une mort naturelle. Le chauffeur du frère du chef de l’État ne serait pas décédé des suites d’une maladie, mais à cause de tortures infligées par des hommes du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP).

Pression populaire

Quoi qu’il en soit, la mort de Zongo déclenche aussitôt une mobilisation sans précédent au Faso. Les membres de la société civile – des étudiants notamment – organisent manifestations et grèves dans les jours qui suivent. C’est la première fois que le régime de Blaise vacille : sous la pression populaire, le gouvernement crée une Commission d’enquête indépendante (CEI) censée censée faire la lumière sur le quadruple assassinat. Elle désignera plusieurs « suspects sérieux », membres du RSP, dont notamment le chef de ce dernier, Gilbert Diendéré

Un seul militaire sera inculpé en 2001, pour assassinat et incendie volontaire : l’adjudant Kafando. Mais en 2006, le militaire bénéficiera d’un non-lieu après la rétractation de l’un des témoins.

Après enquête, Reporters Sans Frontières affirme en 2006 que le rapport de la CEI fut purgé d’éléments accusant François Compaoré. Puis en 2014, c’est au tour de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples de mettre en évidence les zones d’ombres de l’instruction. 

Aujourd’hui, toujours incarcéré depuis le putsch manqué de septembre 2015, l’ancien chef du RSP Gilbert Diendéré est sans doute l’un des seuls, avec l’ancien président Compaoré, à pouvoir dévoiler les vrais responsables de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici