Fermer

Terrorisme en Égypte : après la Grande-Bretagne, le Canada ferme son ambassade au public

Par Jeune Afrique

Des policiers égyptiens, le 19 novembre 2014 au Caire. © AFP

Pour des raisons de sécurité, liées aux risques supposés d'attentats en Égypte, l'ambassade du Canada au Caire a suspendu lundi ses services au public. La veille, la Grande-Bretagne avait pris la même décision.

Jusqu’ici, aucun attentat n’a visé les missions étrangères au Caire, mais la psychose est bien là. Malgré le renforcement de leurs dispositifs sécuritaires, les ambassades de la Grande-Bretagne et du Canada dans la capitale égyptienne ont suspendu tour à tour, le 7 et le 8 décembre, leurs services au public. Des fermetures qui surviennent après une série d’attaques visant notamment les forces de sécurité depuis la destitution par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.

"Jusqu’à nouvel ordre"

Dans une missive adressée lundi à ses ressortissants, le gouvernement canadien a précisé que "la mesure restera en vigueur jusqu’à nouvel ordre".

Du côté des autorités égyptiennes, on espère que "les ambassades n’exagérerons pas l’affaire". "Elles [les ambassades du Canada et de la Grande-Bretagne] nous ont expliqué qu’il s’agissait d’une mesure de précaution (…) mais nous traitons cette question avec sérieux", a déclaré Badr Abdelatty, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, soulignant que le gouvernement égyptien a déployé "des mesures de sécurité maximales" sur place.

De son côté, l’ambassade des États-Unis au Caire n’a pas, pour l’instant, fermé ses portes au public.

>> Lire aussi : France-Égypte, notre amis le raïs

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici