Fermer

En plein scrutin présidentiel, la Gambie bloque Internet et les appels téléphoniques

Par Jeune Afrique

Une policière gambienne à Banjul, quelques jours avant l'élection présidentielle, le 29 novembre 2016. © Jerome Delay/AP/SIPA

Alors que 890 000 Gambiens sont appelés aux urnes ce jeudi pour élire leur Président, plusieurs médias sur place rapportent que les autorités gambiennes ont bloqué Internet et les communications téléphoniques à l'international.

Le processus électoral a débuté ce matin à 8h et se poursuit jusqu’à 17h dans les 1 400 bureaux de vote du pays. Mais la Gambie se retrouve isolée du reste du monde. Plusieurs agences de presse et médias internationaux indiquent qu’Internet est coupé dans le pays.

Ce mercredi matin, les appels à l’international et envois de SMS n’étaient par ailleurs plus possibles depuis et vers la Gambie, précise l’AFP.

Dès mercredi soir, plusieurs journalistes sur place dont Benjamin Roger, envoyé spécial de Jeune Afrique en Gambie pour les élections présidentielles, rapportaient le risque élevé d’un black-out le jour du scrutin.

Des craintes confirmées dans la soirée, avec une panne du réseau Internet détectée dans le pays par Psiphon, un logiciel de contournement qui permet d’obtenir un accès à un Internet non censuré.

La semaine précédant l’élection présidentielle gambienne, une coalition d’ONG qui défend les droits numériques avait lancé une campagne pour dénoncer les coupures et les restrictions de l’accès à Internet dans le monde. Selon l’ONG Internet Sans Frontières, plusieurs pays africains, à l’instar du Gabon en août, ont récemment restreint l’accès à Internet en périodes électorales.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici