Fermer

Burkina : qui est Mahamadi Sawadogo, nouveau patron de la Chambre de commerce ?

Ouagadougou, en octobre 2012. © Nyaba Leon Ouedraogo pour JA

Le patron du groupe diversifié Smaf, Mahamadi Sawadogo, dit "Kadhafi" en raison de sa scolarité passé en Libye, a été élu jeudi à la tête de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Burkina (CCI-BF).

Agé de 53 ans, Mahamadi Sawadogo l’a emporté face à Apollinaire Compapré, propriétaire de Planor Afrique (télécoms, distribution, hydrocarbures, assurance, etc.). Désigné par les 148 élus consulaires, Mahamadi Sawadogo a obtenu 93 voix contre 48 pour Apollinaire Comparé et 7 pour l’opérateur économique Adama Ouédraogo, fondateur de l’hôtel Palm Beach.

Sawadogo succède à Alizeta Ouedraogo, appelée « belle-mère nationale » en raison du mariage de sa fille Salah avec François Compaoré, frère cadet de Blaise Compaoré, et qui dirigeait l’organisme depuis juillet 2013. Elle avait elle-même succédé à Oumarou Kanazoé, véritable parrain de l’économie burkinabè, jusqu’à sa mort en 2011. Au lendemain de l’insurrection populaire d’octobre 2014, Alizeta Ouedraogo avait toutefois fui le Burkina Faso et sa présidence avait été contestée par un Collectif de professionnels dénonçant sa gestion.

La Chambre avait alors été placée sous délégation spéciale du patron des patrons Birahima Nacoulma, chargé de réformer les statuts et de gérer la transition jusqu’à l’élection.

L’enjeu de la nouvelle direction est de taille car le bureau exécutif de la CCI-BF gère entre autres les emplacements alloués au Burkina Faso sur les ports d’Abidjan, d’Accra, de Cotonou et de Lomé, soit un budget de plus de 13 milliards de F CFA.

Réseau de soutiens

Président du Cercle des jeunes chefs d’entreprises du Burkina, Mahamadi Sawadogo a bénéficié du soutien de la toute nouvelle Alliance pour le renouveau consulaire (ARC), une coalition de chefs d’entreprises, dont le Cercle fait partie, pour sa nomination. Cette alliance compte Idrissa Nassa, le patron du holding Coris Bank, ami de Sawadogo depuis les années 80, Seydou Ganame (Indis), Mohame Sogli (Sopam, Brafaso), Inoussa Kanazoé (Kanis), Moctar Mando (Cogeb), Boureima Nana (Ets Nana) ou encore Lassiné Diawara, patron d’Imperial Tobacco et Boa Burkina, qui a pris la présidence de la Chambre régionale de Bobo-Dioulasso.

Mahamadi Sawadogo est en outre réputé proche du président de l’assemblée nationale, Salif Diallo, dont il partage la même région d’origine et une amitié vieille de trente ans.

Dans ses nouvelles fonctions à la tête de la CCI-BF, il sera secondé par Mahamadi Sanoh, PCA d’Air Burkina et coordinateur du holding IPS du Prince Aga Khan au Burkina Faso, avec comme deuxième vice-président l’entrepreneur Nana Boureima.

« Je serai le président de la réconciliation du monde des affaires avec lui-même et de la relance de l’économie nationale » a-t-il déclaré à Jeune Afrique. Sawadogo participera à la conférence, prévue les 7 et 8 décembre à Paris, des bailleurs du Plan national de développement économique et social d’un coût d’environ 15 400 milliards de francs CFA.

Le groupe Smaf est actif dans le commerce de riz et de sucre, le BTP, la représentation des firmes étrangères (Honda, Daewoo, Ssang-Yong), le transport (Les Rapides) et l’immobilier (Résidence Aziz) ; il est présent au Niger, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Niger. A elle seule, Petrofa, la filiale pétrolière de Smaf, a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de plus de 40 milliards de FCFA.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici