Fermer

Bénin : la Haute autorité de l’audiovisuel met sous scellés plusieurs médias, dont ceux de Sébastien Ajavon

Par Jeune Afrique

Sébastien Ajavon le 26 février 2016 devant son domicile à Cotonou. © Gwenn Dubourthoumieu pour J.A.

Dans une série de décisions datées du lundi 28 novembre, et dont Jeune Afrique a obtenu copie mardi - pour quatre d'entre elles -, la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HAAC) décide de "mettre fin jusqu'à nouvel ordre aux activités" de Soleil FM et Sikka TV. Deux médias dont Sébastien Ajavon, l'homme d'affaires et troisième homme de la présidentielle de mars 2016, est le propriétaire. Plusieurs autres médias sont concernés.

Dans les documents que Jeune Afrique a pu consulter, quatre médias sont concernés par les décisions de la HAAC, qui à chaque fois prévoit une cessation de la diffusion, une mise sous scellés et le recours à « toutes les dispositions nécessaires pour l’application effective de la décision ».

E-Télé, pour avoir « changé délibérément de site d’émission » et avoir « violé l’article 1 de la convention signée avec la HAAC », Soleil FM, pour les mêmes raisons, puis Sikka Télévision et Chrétienne TV parce que « les responsables ont violé les dispositions de l’article 35 de la loi organique n°92-021 du 21 août 1992 relative à la HAAC et celles des articles 3, 4, 9, 207 et 220 du Code de l’information et de la Communication ».

Eden TV, la Béninoise TV et Évangélique TV seraient également concernés, sans toutefois que Jeune Afrique ait pu consulter les décisions de la HAAC les concernant.

Propriétés de Sébastien Ajavon

Soleil FM et Sikka TV appartiennent au président du patronat Sébastien Ajavon. L’ancien troisième homme de la présidentielle de mars 2016 avait été interpellé le 28 octobre après la découverte de 18 kilos de cocaïne dans un conteneur destiné à sa société, avant d’être relaxé.

La chaîne de télévision E-Télé est connue pour être proche de l’ancien président de la République Thomas Boni Yayi. Celle-ci a été fondée par Yaya Salami Adéoti, qui se trouve par ailleurs être à la tête de la société de travaux publics Adéoti Sarl. Eden TV appartient à l’homme d’affaires Samuel Dossou, dont l’épouse Claudine Prudencio, députée au Parlement, assure la gestion. Cette dernière fut aussi directrice de campagne de Sébastien Ajavon.
Tous les médias qui ont été suspendus sont soit directement liés à l’homme d’affaires Sébastien Ajavon ou critiquent vertement l’action du gouvernement

« Nous sommes tombés plus bas que nous ne l’étions. Tous les médias qui ont été suspendus sont soit directement liés à l’homme d’affaires Sébastien Ajavon ou critiquent vertement l’action du gouvernement. C’est la seule raison », explique Pascal Todjinou, secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (CGTB).

Confrontation avec le gouvernement de Patrice Talon

Arrivé troisième lors de dernière élection présidentielle et ayant appelé par la suite à voter pour Patrice Talon, Sébastien Ajavon, le « roi du poulet », comme le surnomment les Béninois, pour avoir fait fortune dans le commerce de la volaille, se trouve depuis le 28 octobre en confrontation avec le gouvernement de Patrice Talon.

Soupçonné de trafic de drogue, l’homme d’affaires Sébastien Ajavon, 51 ans, a été interpellé le 28 octobre. Après avoir passé sept nuits en garde à vue à la gendarmerie maritime de Xwlacodji (Cotonou), il a comparu vendredi 4 novembre devant le tribunal de première instance de Cotonou avant d’être relaxé pour « insuffisance de preuve » et « au bénéfice du doute », au terme d’une audience qui aura duré environ dix heures.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici