Fermer

Afrique du Sud : l’ANC ne soutient pas l’appel à la démission de Jacob Zuma

Par Jeune Afrique avec AFP

Le président sud-africain, Jacob Zuma, à Abuja, Nigeria, 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Réunis à huis clos depuis samedi, les cadres du parti au pouvoir statuaient sur le sort de son plus illustre représentant : l'actuel président sud-africain Jacob Zuma. Malgré les nombreux scandales qui touchent le chef de l'État, l'ANC a décidé de ne pas appeler à sa démission.

Impliqué dans plusieurs scandales politiques ou financiers, délaissé par trois de ses ministres qui ont appelé à sa démission, Jacob Zuma savait que le congrès de l’ANC qui s’ouvrait lundi 28 novembre pouvait signer la fin de sa carrière. Il n’en a rien été.

Mardi 29 novembre, à l’issue de sa réunion, le Congrès national africain (ANC) a finalement déclaré qu’il n’appelait pas à la démission de Jacob Zuma.

Gwede Mantashe, le secrétaire général du parti, a pris la parole pour assurer que l’ANC refusait d’appeler le Président à la démission « après de longues, difficiles mais productives discussions. »

Sur les réseaux sociaux, les internautes sud africains ont pour la plupart exprimé leur incompréhension face à la clémence dont bénéficie Jacob Zuma.

Prochaine échéance en décembre 2017 

« La direction a estimé plus urgent de diriger les énergies de l’ANC à travailler à l’unité du parti », a expliqué Gwede Mantashe. « Le plus grand danger pour l’unité de l’ANC est d’engager un combat les uns contre les autres », a-t-il insisté.

Le parti ne doit désigner qu’en décembre 2017 celui ou celle qui succédera à sa tête à Jacob Zuma, dont le second mandat présidentiel expire après les élections générales de 2019. Si l’ANC remporte ce scrutin, ce successeur deviendra chef de l’État.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici