Fermer

Sébastien Ajavon réélu à la tête du patronat béninois

Par - à Cotonou

Le siège de campagne de Sébastien Germain Ajavon à Cotonou, au Bénin, le 24 février 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour J.A.

Le Conseil national du Patronat du Bénin (CNP-Bénin), réuni en assemblée générale, a voté le renouvellement du mandat de son président Sébastien Ajavon. Une élection qui intervient alors que le troisième homme de la présidentielle de mars 2016 avait été interpellé le 28 octobre après la découverte de 18 kilos de cocaïne dans un conteneur destiné à sa société, avant d'être relaxé.

Seul candidat à sa propre succession, le président directeur général du Groupe Agroalimentaire Cajaf-Comon a été plébiscité par ses pairs au cours du Congrès du CNP Bénin tenu dans la matinée du vendredi 25 novembre 2016. Sébastien Ajavon est réélu pour un mandat de quatre ans. Sa liste unique en lice pour ce scrutin a obtenu 643 voix sur 692 (92,92%), avec 49 bulletins nuls.

Le plus gros contributeur béninois au fisc du pays aura une fois de plus déjoué tous les pronostics. La veille de cette élection plusieurs réseaux sociaux proches du pouvoir avaient annoncé la possibilité d’une candidature de Eustache Kotingan, un expert-comptable et proche du président du Bénin.

Une victoire personnelle

« Inlassablement, nous nous battrons pour la compétitivité de nos entreprises. Nous dirons et redirons que nous exigeons une compétitivité équitable. Je vous remercie encore de la confiance que vous avez porté à ma personne en me renouvelant votre soutien malgré que, le 28 octobre 2016, on a voulu me faire passer pour un grand criminel. Soyez-en remercier », écrit-il dans une adresse transmise ce lundi à la presse.

En effet, cette élection intervient à un contexte difficile pour celui que les Béninois ont surnommé le « roi du poulet » pour avoir fait fortune dans le commerce de la volailles surgelées. Fin octobre, l’homme d’affaires et allié politique de l’actuel président du Bénin Patrice Talon avait été interpellé et gardé à vue huit jours durant dans une affaire de 18 kilogrammes de cocaïne découverts dans un conteneur de gésiers en provenance du Brésil et destiné à sa société.

Après une audience marathon de plus de 10 heures au tribunal de Cotonou, le candidat arrivé troisième lors de l’élection présidentielle a été relaxé au bénéfice du doute. Dans la suite de cette affaire, la direction générale des douanes a récemment décidé de suspendre le terminal à conteneurs de l’homme d’affaires. Un ensemble de faits qu’il lui ont fait dire, dans un entretien accordé à la presse, qu’il n’était plus en alliance avec le pouvoir.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici