Fermer

Tunisie : résultats en demi-teinte pour l’OPA sur Maghreb International Publicité

Par - à Tunis

Maghreb International Publicité est l'un des leaders historiques de la publicité extérieure en Tunisie. © www.mip.com.tn

L'offre publique d'achat, dont les résultats publiés mi-novembre sont passés inaperçus, a rencontré un succès mitigé auprès des petits porteurs. Pour certains experts de Place de Tunis, ce demi-échec peut être perçu comme un signe d'optimisme. Explications.

Pikasso-Lawhat Tunisie (spécialiste de la publicité extérieure, filiale du groupe Pikasso-Lawhat, leader au Liban, en Jordanie, en Irak et en Algérie) a en partie raté son OPA sur Maghreb International Publicité (MIP, 2,9 millions d’euros de produits d’exploitation en 2015).

À la clôture de l’opération, menée du 21 octobre au 8 novembre, la société escomptait acquérir 33,64 % du capital (1 479 970 actions), elle n’en a obtenu que 18,52 % (814 896 actions).

Un prix jugé trop bas

Les petits porteurs n’ont pas suivi car le prix d’achat, 1,25 dinar (0,51 euro) par action, a été jugé beaucoup trop bas. La valeur de l’action MIP à son introduction au marché alternatif de la Bourse de Tunis, le 16 juin 2014, était de 4,7 dinars (1,93 euro).

« Nos clients ont considéré que 1,25 dinar était un montant trop faible, soit presque 75 % de perte sèche pour les actionnaires originelles », indique un financier de Amen Invest, intermédiaire en bourse, qui n’a passé que deux ordres pour un total de 1 650 actions durant l’opération.

Un certain optimisme sur le futur de MIP

Cette OPA partiellement ratée démontre cependant un optimisme sur le futur de MIP.

Plusieurs analystes considèrent que l’équipe de Maher Ben Salem, gérant de Pikasso-Lawhat Tunisie et PDG de MIP, réussira à redresser la barre quitte à ce que cela prenne 4 à 5 ans comme l’a indiqué la direction début septembre lors d’une communication financière. Aussi, plusieurs détenteurs d’actions MIP prennent leur mal en patience, espérant une remontée des cours à moyen-terme.

Pikasso-Lawhat Tunisie détient désormais 46,23 % de MIP et son partenaire libanais, Yellow Spirit, 38,65 %. Le holding Yellow Spirit, dirigé par Antonio Vincenti et qui possède Pikasso-Lawhat, veut refaire de MIP le numéro un de la publicité extérieure en Tunisie. Il a été impossible de joindre M. Ben Salem pour un commentaire.

Au deuxième trimestre 2016, la famille Cheriha fondatrice de MIP a revendu ses parts (66 % du capital) au consortium libano-tunisien à cause de résultats catastrophiques. Au 30 juin 2016, le résultat net était de -1,77 millions de dinars (-185,10 % par rapport à juin 2015). Si l’OPA avait réussi, les dirigeants auraient retiré MIP de la cote à Tunis.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici