Fermer

États-Unis : des mosquées menacées par une lettre pro-Trump

Par Jeune Afrique avec AFP

Enas Almadhwahi, membre de l'Arab American Association of New York, à Brooklyn, le 11 novembre 2016. © Julie Jacobson/AP/SIPA

Trois mosquées de Californie ont reçu ces derniers jours une même lettre de menaces islamophobes, assurant que le président élu Donald Trump "va nettoyer l'Amérique", a indiqué ce dimanche la principale association d'Américains musulmans. Elle signale la hausse des actes antimusulmans depuis le 8 novembre.

Adressée aux « enfants de Satan », la lettre affirme que Donald Trump « va rendre son brillant [à l’Amérique], et il va commencer avec vous les Musulmans », rapporte le quotidien californien Los Angeles Times.

Elle a été envoyée jeudi 24 novembre au centre islamique Evergreen de San José, avant d’être signalée samedi par des mosquées de Long Beach et de Claremont, près de Los Angeles.

+ 67% d’actes antimusulmans en 2015

Ces menaces et insultes ont poussé les responsables de l’association Cair (council on american-islamic relations) en Californie à réclamer une plus grande protection policière autour des mosquées. La police « doit enquêter sur cette campagne islamophobe ciblant des lieux de prières en Californie, en la considérant comme un acte d’intimidation religieuse », a demandé le responsable de Cair à Los Angeles, Hussam Ayloush.

« Les dirigeants de notre État doivent s’élever contre l’intolérance grandissante visant les musulmans qui mène à de tels faits », a-t-il poursuivi dans un communiqué de l’association daté du 23 novembre. Les chiffres de l’islamophobie aux États-Unis sont en effet saisissants : la police fédérale américaine FBI a enregistré une hausse de 67% des actes antimusulmans en 2015.

Hausse des violences depuis l’élection de Trump 

De son côté, Cair affirme avoir constaté une « hausse des faits ciblant les Américains musulmans (1% de la population) et d’autres minorités depuis l’élection présidentielle du 8 novembre » remportée par le candidat républicain.

D’autres associations de lutte contre le racisme et l’opposition démocrate ont également signalé un regain d’actes de violences et de harcèlements contre des minorités depuis la victoire du républicain, dont la campagne a été marquée par des déclarations contre les musulmans et l’islam. S’adressant aux auteurs d’actes racistes, Donald Trump avait toutefois prévenu d’un : « Ne faites pas ça, c’est terrible », tout en continuant ses déclarations stigmatisantes.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici