Fermer

La France va suspendre les adoptions d’enfants en RD Congo

Par Jeune Afrique

Une famille italienne retrouve son enfant adoptif venu de Kinshasa le 28 mai 2014 à Rome. © Riccardo De Luca/AP/SIPA

Le Quai d'Orsay a annoncé jeudi sa décision, motivée par "les irrégularités constatées dans les dossiers d'adoption". Elle prendra effet à compter du 13 décembre 2016.

C’est un dossier qui empoisonne les relations entre Kinshasa et ses partenaires européens et américains. Les adoptions d’enfants congolais par des familles françaises, italiennes ou américaines avaient été bloquées en septembre 2013 pendant deux ans, avant d’être rouvertes en novembre 2015. Un an tout juste après cette décision, le ministère des Affaires Étrangères français a annoncé jeudi qu’il suspendait les adoptions internationales d’enfants en RD Congo.

La « protection de l’enfant » invoquée 

Une décision qu’il appuie en invoquant les « irrégularités constatées dans les dossiers d’adoption » : « Tout en prenant en compte les attentes légitimes des familles adoptantes, la France doit en priorité veiller au respect de l’intérêt supérieur des enfants concernés et de ses obligations internationales découlant de la convention de La Haye », justifie le Quai d’Orsay.

Ce nouvel épisode fait suite à la longue interruption des adoptions d’enfants de RD Congo décrétée par Kinshasa entre 2013 et 2015. À l’époque, le gouvernement congolais avait également assuré vouloir protéger les enfants en gelant les autorisations de sortie, évoquant des cas de maltraitances. Cette décision n’avait pas empêché certains parents de tenter « d’exfiltrer » certains enfants par leurs propres moyens, ce qui avait notamment entraîné la condamnation d’une ressortissante belge.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici