Fermer

Centrafrique : 16 morts et des milliers de déplacés après des affrontements d’ex-Séléka à Bria

Par Jeune Afrique avec AFP

Des rebelles de la Séléka à Bria, dans le nord-est de la Centrafrique, en 2013. © Jacob Zocherman/AP/SIPA

Les affrontements entre factions rivales de l'ex-Séléka à Bria en Centrafrique ont fait au moins 16 morts et déplacé plusieurs milliers de civils. La Mission des Nations unies (Minusca) met en garde contre des "assassinats ciblés" visant la communauté peule.

« Il y aurait au moins 16 morts confirmés et des milliers de déplacés. Le bilan des morts pourrait s’alourdir, d’autant plus que les informations qui nous parviennent font état d’assassinats ciblés et d’exactions contre les Fulanis [les Peuls; ndlr] », a déclaré le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro, dans un communiqué cité par l’AFP.

Les combats ont éclaté à Bria, à 400 km au nord-est de Bangui, entre le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC de Nourredine Adam) et l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC d’Ali Darass). La Minusca a annoncé des renforts à Bria pour protéger quelque 5 000 civils réfugiés près de sa base.

L’enjeu de la taxe sur la transhumance

Les deux factions de l’ex-Séléka, qui prétendent défendre la minorité musulmane, s’affrontent surtout pour le contrôle des taxes prélevées sur les éleveurs peuls en cette saison des transhumances. « L’UPC a quitté Bambari pour venir s’installer dans la Haute Kotto (région de Bria) collecter des taxes. Ce que le FPRC refuse », a indiqué le secrétaire général du FPRC, Moustapha Dédiko, cité sur le site de la radio Ndeke Luka.

Joint par l’AFP, un autre responsable du FPRC avance des raisons politiques. Le FPRC et d’autres groupes armés ex-Séléka (MPC et RPRC) négocieraient un accord avec le gouvernement, explique en substance Lambert Lissane, « chef de cabinet » de Nourredine Adam. « Ali Darass (le chef de l’UPC) n’est pas partant. Nous avons décidé de faire bloc contre lui », a-t-il ajouté.

Le gouvernement tente de rallier l’ensemble des 14 groupes armés qu’il a identifié à un accord de désarmement, pour consolider une paix fragile. L’intervention de la force française Sangaris, qui a pris fin le 31 octobre, et le déploiement de la Minusca ont mis fin aux massacres mais n’ont en effet pas réussi à stabiliser la situation sécuritaire. La communauté internationale s’est toutefois engagée la semaine dernière à apporter une aide de 2,2 milliards de dollars sur les trois prochaines années pour le relèvement du pays.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici