Fermer

Maroc : Acwa Power lâche ses concurrents dans la course au solaire

Par Jeune Afrique

Vue aérienne de la station thermo-solaire Noor à Ouarzazate, dans le sud du Maroc. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Le saoudien Acwa Power a décroché mi-novembre le contrat de développement et d’exploitation de Noor PV (photovoltaïque) 1, un ensemble de trois centrales solaires d'une puissance total de 170 mégawatts (MW).

Acwa Power assoit son leadership dans les énergies renouvelables au Maroc. Le groupe saoudien, dont les activités en Afrique sont pilotées depuis Dubaï par Rajit Nanda et Lucas Hautvast (tous deux anciens du français Engie), a décroché le 15 novembre le contrat de développement et d’exploitation de Noor PV 1 (photovoltaïque).

Attribué par l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) que préside Mustapha Bakkoury, ce contrat prévoit la construction de 3 centrales : Noor Ouarzazate IV (70 MW), Noor Laayoune (80 MW) et Noor Boudjour (20 MW).

Les travaux démarreront au 1er trimestre 2017, pour une durée de 12 mois. Pour Noor PV 1, Acwa Power s’est imposé face à une trentaine d’autres entreprises – regroupées en 20 consortiums – parmi lesquelles le français EDF Energies renouvelables, le chinois Sinohydro Corporation Consortium, Abengoa Solar España.

Le portefeuille d’Acwa Power dans le royaume chérifien contient déjà les phases I, II et III du complexe solaire de Noor à Ouarzazate, de 160 MW, 200 MW et 150 MW respectivement, ainsi que le parc éolien de Khalladi (120 MW).

Le coût de ces infrastructures, assuré en partie par Acwa Power dans le cadre de contrats de type BOOT, est de l’ordre de 3 milliard de dollars. La première de ces trois centrales en entrée en vigueur, fin 2015. La construction des phases II et III est prévue pour s’achever fin 2017.  Pour le financement de ces travaux, Masen a émis 1,15 milliard de dirhams d’obligations vertes (106 millions d’euros), les premières autorisées dans le royaume. Le Maroc, qui a accueilli la COP 22, vise un parc composé à 52 % d’énergie renouvelable à l’horizon 2030.

Acwa Power est également présent en Afrique du Sud, où le groupe saoudien développe la centrale solaire de Redstone (100 MW, d’un coût de 749 millions de dollars). Au total, son portefeuille représente plus de 23 GW de projets électriques et 2,5 millions de mètres cubes d’eau désalinisée par jour à travers le monde. Ses principaux actionnaires sont la Public Pensions Agency saoudienne et Sanabil Direct Investment Company (détenu par le fonds de pension public saoudien). IFC, filiale de la banque mondiale, détient 5 % du capital.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici