Fermer

Éthiopie : le marocain OCP va produire l’engrais des agriculteurs

L'OCP détient les plus grandes réserves de phosphates au monde. © Alexandre Dupeyron pour JA.

Après avoir raflé à la mi-octobre le gros du contrat annuel d’approvisionnement en engrais de l’Éthiopie, soit 587 000 tonnes, l'Office chérifien des phosphates (OCP) vient de lancer un méga projet de production d'engrais dans le pays.

C’est le roi Mohammed VI, en déplacement en Éthiopie la semaine dernière, qui a procédé à la signature de la convention de partenariat avec Addis-Abeba. Celle-ci porte, dans un premier temps, sur un investissement de 2.4 milliards de dollars, dont 1,44 milliard sera levé sous forme de crédits.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie africaine de l’OCP lancée en février et qui prévoit d’investir 15 milliards de dollars sur le continent dans les 15 prochaines années.

L’objectif en Éthiopie est de mettre en place deux unités d’ammoniac (un intrant pour fabriquer de l’engrais), une unité de production d’engrais, deux unités de production d’urée (un autre type d’engrais) et une unité de blending et d’emballage, et produire, d’ici 2022, 2,5 millions de tonnes par an d’engrais.

Couverture de l’ensemble des besoins en engrais des agriculteurs

Moyennant un investissement supplémentaire d’1,3 milliard de dollars, la capacité de la plateforme atteindra 3,8 millions de tonnes par an et couvrira peu ou prou l’ensemble des besoins en engrais des agriculteurs du pays, qui compte 100 millions d’habitants.

L’unité de production d’engrais sera alimentée par de la potasse et du gaz éthiopien, une première, et par de l’acide phosphorique marocain. Vraisemblablement en provenance du site marocain Jorf Lasfar de l’OCP.

Le projet s’étend jusqu’à Djibouti où sera aménagée une plateforme de stockage pour l’acide phosphorique, l’acide sulfurique et la potasse. Ces intrants seront ensuite acheminés en train vers le site de production industrielle basé à Dire Dawa.

L’OCP a enregistré un chiffre d’affaires de 2,2 milliards de dollars au premier semestre 2016, en baisse par rapport à la même période l’année dernière.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici