Fermer

RDC : à Kinshasa, la police boucle les accès à la résidence de Tshisekedi et occupe le lieu du meeting de l’opposant

Par Jeune Afrique avec AFP

Un militant de L'UDPS d'Etienne Tshisekedi fait face à la police anti émeute alors que cette dernière disperse les manifestants rassemblés devant l'aérport de Ndjili à Kinshasa le 26 novembre 2011. © Gwenn Dubourthoumieu pour J.A.

L'appel d'une coalition d'opposition à manifester contre le président congolais Joseph Kabila s'est perdu dans le vide samedi matin à Kinshasa, où la police occupait l'esplanade choisie pour ce rassemblement interdit par les autorités locales.

Le « Rassemblement » d’opposition constitué autour de l’opposant historique Étienne Tshisekedi avait appelé à un meeting à 09h00 (08h00 GMT) près du Parlement de la République démocratique du Congo, pour réclamer le départ de M. Kabila le 20 décembre, date de la fin de son mandat.

Mais à l’heure dite, aucun manifestant ou dirigeant d’opposition n’était visible au lieu de rendez-vous, alors que la police bouclait les accès à la résidence de M. Tshisekedi et au quartier général de son parti, l’UDPS.

Quatre terrains de football improvisés

L’espace était occupé par des policières en tenue de sport s’affrontant sur quatre terrains de football improvisés sur toute la longueur de l’esplanade, sous le regard du chef de la police de Kinshasa, le général Célestin Kanyama.

« Nous organisons le tournoi de la non-violence », a déclaré le général Kanyama à la presse. Les rencontres des équipes masculines étaient attendues pour l’après-midi. Contacté par Jeune Afrique, le colonel Pierre Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la police à Kinshasa, précise l’objectif du dispositif sécuritaire déployé le 19 novembre dans la capitale : « Empêcher l’exercice de toute action à caractère politique non autorisée. »

Le 5 novembre, la police avait empêché une manifestation annoncée – mais pour ainsi dire pas préparée – par le Rassemblement en se déployant massivement dans les rues de Kinshasa. La ville avait tourné au ralenti toute la journée, nombre d’habitants semblant avoir jugé plus sûr de rester chez eux en cas d’éventuelles violences.

Samedi matin, le dispositif policier était nettement moins visible et la vie suivait un cours normal dans la capitale congolaise, où l’on observait les mêmes embouteillages qu’à l’ordinaire.

Une crise politique profonde

La RDC traverse une crise politique profonde depuis la réélection contestée de M. Kabila en 2011, aggravée par le renvoi de la présidentielle à une date non fixée à la suite d’un accord conclu en octobre entre la majorité et une frange minoritaire de l’opposition.

Les 19 et 20 septembre, 49 civils et 4 policiers – selon l’ONU – avaient été tués en marge d’une marche du Rassemblement à Kinshasa.

Depuis lors, le pouvoir a réussi à empêcher toute manifestation d’opposition dans la capitale, où le signal de la radio française RFI, l’une des stations les plus écoutées du pays, est coupé par les autorités depuis le 5 novembre.

En application de l’accord d’octobre, M. Kabila, à qui la Constitution interdit de se représenter, a nommé jeudi un nouveau Premier ministre, Samy Badibanga, issu de l’UDPS, et entend rester à son poste après le 20 décembre.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici