« Le Monde » ouvre une nouvelle fenêtre sur l’Afrique

Le siège du journal 'Le Monde', à Paris. © AFP

Afin d'élargir son audience, le groupe de presse français lance un site consacré à l'actualité du continent, aussi bien politique, qu'économique, culturelle ou sportive.

Coups d’État, guerres, pandémies, terrorisme… L’Afrique vue par Le Monde, c’est encore souvent un peu répétitif et réducteur. Difficile d’y lire l’émergence du continent. « Notre couverture de l’actualité est bonne, mais elle n’est pas suffisante. C’est tout le sens de la création du Monde Afrique« , reconnaît Serge Michel, responsable de cette nouvelle plateforme éditoriale qui est lancée officiellement ce mardi 20 janvier. Ce site internet, qui mettra aussi l’accent sur l’économie, la culture et le sport, en mêlant formats courts, reportages, portfolios et vidéos, devrait prendre le contre pied de l’afropessimisme dont les médias français ont été les premiers promoteurs.

Si le groupe, propriété du trio Bergé-Pigasse-Niel, souhaite mieux rendre compte de l’actualité africaine, c’est parce qu’il pense y gagner une nouvelle audience. « Aujourd’hui, la vocation du Monde – premier site de médias en France en nombre de visites – est d’être un média global, à l’image des journaux anglo saxons comme le Guardian”, justifie Serge Michel. L’an dernier, le magazine Le Point avait lui aussi fait le pari de l’internationalisation en créant également un site internet consacré au continent.

Lire aussi :

Euronews crée Africanews

Le marketing digital étend sa toile en Afrique

Pure players, des challengers en quête d’équilibre

En Afrique, Lagardère monte le son

Canal Plus lance la chaîne A+ consacrée aux contenus africains

Le groupe Jeune Afrique lance une banque d’images dédiée au continent africain

Plus franchophone que français

« Lemonde.fr a déjà un million de visiteurs uniques qui chaque mois consultent le site depuis l’Afrique », avance Serge Michel. Pour s’adresser au continent et ses diasporas, l’ancien grand reporter mise sur un traitement de l’information plus francophone que français.

En plus des articles écrits par les services de la rédaction (international, culture, environnement…), ce dernier sera appuyé par sept collaborateurs à temps plein et une quarantaine de pigistes majoritairement basés sur le continent.

Les réseaux sociaux devraient être pleinement intégrés au fonctionnement éditorial, à la fois pour en faire la promotion, mais aussi pour susciter la création de contenus.

Le Monde Afrique a par ailleurs noué plusieurs accords avec des sites et des blogs africains (Algérie Focus, Médias 24, Sahelien.com, FratMat.com, Inkyfada.com, Blogger.sn, StartupBrics…), dont il reprendra certains articles. La recherche d’annonceurs a été confiée à la régie publicitaire née en mars dernier du rapprochement dans ce domaine du Monde et de L’Obs.

Partenaires financiers

Initié en 2012 avec le soutien d’Erik Izraelewicz, alors directeur du Monde, le projet n’aurait pas abouti sans le soutien de partenaires financiers. Google via le Fonds pour l’innovation de la presse, la fondation Bill & Melinda Gates, George Soros via la branche ouest africaine de sa fondation Open Society, mais aussi la Banque mondiale et l’Agence française de développement font partie du tour de table, apportant un peu moins de la moitié du budget des trois prochaines années. Le montant est tenu confidentiel.

Interrogé par Jeune Afrique sur l’implication de partenaires institutionnels, Serge Michel trouve leur présence naturelle au regard de leurs missions sur le continent. Pour compléter sa stratégie africaine, Le Monde mise aussi sur la publication de hors séries, dont le premier intitulé « l’Envol » est dans les kiosques depuis le lundi 19 janvier, et sur l’organisation d’événements, y compris au Sud de la Méditerranée.

Selon la lettre professionnelle Pressnews, trois rendez-vous dédiés à la jeunesse seront organisés en 2015 en Afrique. Le premier aura lieu en Côte d’Ivoire au printemps. Fin 2014, Le Monde avait inauguré cette activité en accueillant une conférence sur les investissements et la classes moyennes dans son auditorium parisien.