Fermer

Standard Bank rappelle Jacko Maree à son conseil d’administration

Jacko Maree a passé l'essentiel de sa carrière au sein de Standard Bank Group. © DR

Pas moins de cinq dirigeants vont rejoindre le conseil d'administration du premier groupe bancaire africain. En tête : Jacko Maree, directeur général du groupe entre 1999 et 2013, qui revient alors que Standard Bank Group achève le recentrage de ses activités sur le continent.

John (Jacko) Helenius Maree fait son retour dans les plus hautes sphères de Standard Bank Group (SBG) après avoir pris sa retraite de l’établissement en août 2015, tout en demeurant président de Liberty Group, filiale de SBG et 2e assureur africain.

Le dirigeant sud-africain de 61 ans vient d’être nommé administrateur non-exécutif et vice-président du premier groupe bancaire africain (164 milliards de dollars d’actifs fin 2015), un cran en-dessous de Thulani Gcabashe (président), et aux côtés de Shu Gu, vice-président et représentant de Industrial and Commercial Bank of China (ICBC). Celle-ci est le 1er actionnaire de SBG avec 20,1 % du capital.

La nomination de Jacko Maree est effective à compter du lundi 21 novembre.

Son « come-back » intervient alors que s’achève le recentrage africain du Standard Bank Group. Celui-ci entend désormais appliquer une stratégie « revigorée » en se concentrant sur l’interconnexion des autres marchés émergents avec le continent, et entre les pays africains.

Pour ce challenge, SBG peut compter sur la puissance d’ICBC (3 100 milliards d’euros d’actifs fin 2015). Mais le groupe doit néanmoins naviguer à travers le dense labyrinthe réglementaire auquel l’expose ses dix-neuf filiales et bureaux africains (31 % des revenus au 1er semestre 2016).

Il fait face également à un contexte macroéconomique tendu avec une croissance en net recul, qui se traduit par une hausse des dépréciations de créances (+93 % en Afrique de l’Est au 1er semestre, +117 % en Afrique centrale et australe – hors Afrique du Sud-, +30 % en Afrique occidentale).

Autant de challenges que pourra relever Jacko Maree de part sa connaissance du groupe bancaire.

Directeur général de SBG entre 1999 et mars 2013, ce diplômé d’Oxford et de Stellenbosch University a mené l’essentiel de sa carrière au sein du groupe sud-africain qu’il a rejoint en 1980. Sous sa supervision, SBG a lancé dès 2001 une ambitieuse expansion à travers l’Afrique subsaharienne (Maurice, Nigeria, Ouganda, Malawi, Botswana, Mozambique, Angola…).

Il a remporté la dure bataille contre la prise de contrôle hostile tentée par le grand rival sud-africain Nedbank en 1999, et facilité l’alliance avec ICBC. C’est en outre l’un des principaux architectes de la Financial Sector Charter de 2004, qui a révisé le système financier sud-africain afin de tenir compte des nouvelles exigences d’intégration d’investisseurs noirs, en ligne avec le Broad-based Black Economic Empowerment Act de 2003.

Outre Jacko Maree, quatre autre dirigeants font leur entrée aux postes d’administrateurs non-exécutifs de Standard Bank Group : Geraldine Joslyn Fraser-Moleketi, envoyée spéciale de la BAD sur les questions de genre et ancienne ministre de la Population puis de l’Administration sous Nelson Mandela et Thabo Mbeki ; l’experte-comptable Gesina Maria Beatrix Kennealy, ex-directrice financière du Trésor sud-africain, Nomgando Nomalungelo Angelina Matyumza, qui a occupé plusieurs postes de direction dans le secteur public national (Transnet, Eskom…), et John Meadway Vice, administrateur d’Anglo American Platinum, ancien de KPMG et de Zurich Insurance.

Suite à ces arrivées, le conseil d’administration comptera désormais vingt membres, mais selon nos sources près de la direction, des départs sont prévus pour repasser à moyen-terme à un effectif de 15-17 membres, sa dimension habituelle depuis 2011.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici