Fermer

Gabon : le juge Renaud van Ruymbeke chargé d’instruire la plainte contre Gemalto à Paris

Par Jeune Afrique

Renaud Van Ruymbeke le 31 mars 2015 au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris. © Remy de la Mauviniere/AP/SIPA

Le juge d'instruction français a été désigné le 20 octobre selon les informations de Jeune Afrique. La plainte avait été déposée début 2015 à Paris contre Gemalto, groupe français spécialisé dans la biométrie, pour corruption passive ou active d’agents publics étrangers concernant ses activités au Gabon.

La plainte déposée début 2015 à Paris contre le géant mondial de la sécurité numérique devait donner lieu à la nomination d’un juge d’instruction après que la constitution en partie civile de Marc Ona Essangui, figure de l’opposition gabonaise, Jean-Jacques Eyi Ngwa, président de l’Observatoire gabonais sur la responsabilité sociétale des entreprises, et Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), a été reçue fin juillet par Roger Le Loire, le doyen du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris.

Les plaignants estiment démesurés les 40 milliards de F CFA (61 millions d’euros) provisionnés dans les budgets 2011 et 2012 de l’État pour que Gemalto réalise l’enregistrement biométrique de 1,5 million de Gabonais afin de moderniser et de rendre plus fiables les fichiers électoraux.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici