Fermer

Mali : IBK victime d’un « malaise vagal » lors de la COP 22 à Marrakech

IBK en mai 2014 à Bamako. © Emmanuel Daou Bakary/J.A.

Selon un communiqué de la présidence malienne, le chef de l’État malien Ibrahim Boubacar Keïta a fait lundi soir un « malaise vagal » à Marrakech, au Maroc, où il s'était rendu pour participer à la COP 22. Après une journée de repos, il devait reprendre ses activités ce mercredi.

Ibrahim Boubacar Keïta n’était pas présent mardi 15 novembre à l’ouverture du sommet des chefs d’État à la COP 22, à Marrakech, au Maroc. Le président malien y avait pourtant atterri la veille de Bamako afin de participer à la conférence mondiale sur le climat.

Selon un communiqué officiel, IBK, 71 ans, a en effet été victime d’un malaise vagal dans la soirée, après son arrivée dans la ville ocre. Le document précise que ce malaise est dû à une « accumulation de fatigue » et que le chef de l’État reprendra ses activités mercredi 16 novembre après avoir observé un « temps de repos sur le conseil des médecins ».

 

L’entourage d’IBK se veut rassurant, bien que cette alerte de santé ne soit pas la première sur ces derniers mois. « Il a eu un agenda très chargé ces derniers temps. Il faut juste qu’il se ménage un peu », explique-t-on à Koulouba.

En avril dernier, le président malien avait été opéré à Paris de l’adénome de la parathyroïde, une tumeur bénigne logée dans une glande du cou. Sa convalescence s’était déroulée normalement et il avait regagné Bamako après quelques jours de repos. Cette opération avait toutefois provoqué des interrogations sur son état de santé chez ses compatriotes.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici